Les princes Soodhun et Dayal

Avec le soutien de

Les deux ex-ministres Showkutally Soodhun et Raj Dayal se retrouvent sous les projecteurs de l’actualité. Le premier ne s’est pas présenté en cour à l’appel de son procès et le second s’est vu octroyer une compensation de Rs 15 millions sur recommandation d’un juge médiateur.

Ces faits suscitent colère, indignation et commentaires ironiques dans la population. «A Maurice ena deux catégories de citoyens, bann petits copains après ena lezot», affirme Yannick Noah.

Le traitement privilégié réservé aux deux ex-ministres, membres du Mouvement socialiste militant (MSM), pousse l’internaute Tom_Cruise à partager une réflexion sur la perception du système judiciaire par les uns et les autres. «The poor fear the justice system, while the rich and powerful have confidence in the system», écrit-il.

The King, lui, s’interroge : «Ki ti pou arrive enn citoyen ordinaire dans sa cas la? Ki signal la cour de justice pe avoye popilation ?» Et Steever62 de lui répondre : «Et zot pou dire pena justice à deux vitesses» !

Mais Charlie explique que «for guys like Soodhun, they benefit from countless numbers of postponements. For the poor man who stole 20 letchis, it was crime, arrest, prosecution, judgement and jail on the same day.» MBCTV condamne l’absence de Soodhun en cour ainsi que le report de son procès. «This is preposterous and an insult to the people of this country.»

Aux yeux des lecteurs de «lexpress.mu», le prévenu Showkutally Soodhun aurait bénéficié d’un traitement de faveur. «First he claimed he was very ill so the case was postponed. He was then given a new court date but somehow his mission took priority over the court?» fait ressortir Calife.

Pour sa part, The Truth 2807 se demande «comment ene dimoune ki bizin présente la cour finn gagne droit kit pays». L’explication de l’avocat de Showkutally Soodhun selon lequel ce dernier serait parti en mission ne tient pas la route. «Soodhun is no longer a minister, hence he has no official mandate to go and pester the Saudi authorities», fait remarquer MBCTV. Quoi qu’il en soit, c’est un «interesting precedent for all those who have a case in court», conclut Smilestone.

C’est sans doute aussi le cas en ce qui concerne l’arrangement entre l’État et Raj Dayal aboutissant à un paiement de Rs 15 millions à l’ex-ministre de l’Environnement, toujours député du MSM. «Why did they agree to pay Rs 15 M to Dayal when so many other cases against the State do not go to the mediation division of the Supreme Court?» demande Neo. «Pe compensate Dayal avec l’argent contribuables pou faire li ferme so la bouche. Parce ki prochaines élec- tions, li pas pou gagne ticket», explique un internaute.

Le procédé dans ce cas laisse des internautes dubitatifs. «How come that the lawyers at the Attorney General’s Office were of the view that Dayal’s case was frivolous before and suddenly they changed their opinion?» se demande Bob.

Le commentateur Carreau, lui, choisit d’être ironique dans sa réponse. «Maurice est riche pour ses amis ! Payons et augmentons l’eau et l’essence pour compenser...!» avance-t-il. Pour sa part, The One conclut que le gouvernement est «a bunch squandering public money».

Ce comportement du gouvernement est sans doute déterminé par sa faiblesse, pensent d’autres correspondants. L’équipe dirigeante achèterait des loyautés temporaires aux frais des contribuables. «Mo prêt a parier ki Dayal na pas pou gagne ticket MSM prochain élection», dit Rouz pir 100. Et Jaman de pré- dire que «gouvernement la pou fini so mandat avec chantage et marchandage».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires