Incendie de Shoprite: le laxisme et l’opportunisme dénoncés

Avec le soutien de

L’incendie dans l’entrepôt de Shoprite avec perte de vie humaine, il y a deux semaines, et un autre à Port-Louis durant la semaine écoulée ont ému la population. Les commentateurs blâment ceux directement concernés par le drame de Shoprite. Ils montrent du doigt les dirigeants de l’entreprise sinistrée et leur reprochent de ne pas avoir respecté des règles relatives à la sécurité au travail. Dandenong Dandy est catégorique : «La direction de Shoprite ena ene responsabilité dans sa drame ki fine arriver. Health and Safety practices pann respecter.» À ce jour, ni les responsables de la gestion du centre commercial, ni ceux de l’hypermarché n’ont communiqué à ce sujet. 

Les responsables des services anti-incendie sont aussi critiqués. Le verdict de Mau est sans appel : «I blame the authority for the way it handled the matter. One innocent life is lost because of negligence and incompetence.» Le chef officier des pompes a annoncé la suspension du permis d’opérer d’Emerald Park, mais cela ne calme pas les critiques. Au contraire, cet acte vient révéler le laxisme qui a perduré à la direction du département anti-incendie. 

Des Mauriciens ne comprennent pas l’incurie de ces services. «Coma tou sa temps la li ti p operer? Aster ki pompier pou chek fire certificate?» s’interroge Big LOL avant de rappeler que «Quincaillerie Bahemia kine pran difé osi pas ti ena fire certicate depi 1999!» 

Ce manque de rigueur interpelle Ramsamy. Revenant à l’incendie de l’entrepôt de Shoprite, cet internaute se demande : «Qui a vérifié s’il y a eu respect de la législation pour l'obtention du permis de construire ?» et il ajoute : «On a donné le permis sans obtenir le plan du bâtiment !» Il faut reconnaître que le travail de prévention n’est pas effectué systématiquement par les services anti-incendie. «Le manquement, c’est l’absence de contrôle. Normalement on doit contrôler chaque année pour l’obtention du permis d’exploitation», estime Ramsamy.

Les sapeurs-pompiers sont épargnés. Ils ont fait de leur mieux avec le peu de matériel mis à leur disposition. «Les pompiers ont fait tout leur possible à la mesure de leurs moyens et de leurs capacités», dit Hel. Les internautes ont bien raison de souligner que les soldats du feu ont des outils de travail défectueux. La ministre des Collectivités locales a révélé, à l’Assemblée nationale, que la moitié du matériel roulant des pompiers est en panne et que des véhicules ont plus de 15 ans d’âge. Des lecteurs ne comprennent pas que le chef des pompiers ne se soit pas battu pour le renouvellement des équipements utilisés par ses hommes. «Le chef officier n’a sûrement pas oublié de renouveler sa voiture hors-taxes, tous les trois ans comme prévu par le PRB», ironise un internaute. 

En effet les sapeurs-pompiers ne sont pas systématiquement préparés pour accomplir leur mission. «Kan ene pompier manipule ene tuyau à mains nues sans les gants protection, kotte formation et kot équipement ?» se demande Harry Mac. Et Garni de déplorer «qu’aucun contrôle digne de ce nom ne soit effectué faute de gens formés». Ces manquements mis au jour génèrent une perte de confiance dans les services anti-incendie. «I have serious doubt over our security/rescue personnel», admet Mauritian Patriot. 

Dans ce contexte, les interventions des politiciens sont très mal accueillies. Elles suscitent de sérieux rappels ou de violentes critiques. Ainsi, le ministre Mahen Jhugroo est repris par Hel en ces termes : «Ce sont des équipements et une formation poussée à l’étranger dont ont besoin vos pompiers.»
 
Pour sa part, l’ex-ministre Roshi Bhadain regrettera beaucoup sa maladresse. Il a, sans consulter la famille de la victime de l’incendie de Shoprite, annoncé un procès contre les propriétaires de l’hypermarché. Son opportunisme de mauvais aloi lui attire les foudres des internautes. Geerish Bissessur l’accuse de «rod servi malheur enn dimun pu fer politik». Le leader du Reform Party est qualifié de «disgusting politician!» par Ding Dong. Et Sovémam de trouver que Bhadain «n’a pas de respect pour le défunt»

D’autres internautes sont plus mesurés. «Pas faire politique avec sa, li pas bon... rod lot zafair, laisse sa famille là en paix», conseille Ramesh Baijnath. Et Yannick Noah, de donner un avis empreint de sagesse : «The grieving family should be respected in this painful moment. No one should try to exploit this event for some political gains.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires