Showkut bouche d’égout

Avec le soutien de

Léra mor. Cadavre en décomposition. Des sous-vêtements encrottés qui n’auraient pas été lavés depuis trois ans. Un pet aux relents de gros pois. Voilà comment les Mauriciens décrivent la puanteur qui a envahi le pays depuis plusieurs mois déjà. D’où vient cette odeur pestilentielle ? Enquête.

«Pa pé kapav respiré. Néné inn gagn aré kardiak», témoigne un habitant. Plusieurs autres ont dû se faire soigner à l’ENT de Vacoas après que leurs fosses nasales ont été attaquées par cette senteur de vomi post-gueule de bois, d’aisselles post-gym, puissance 10.

«Nou finn téléfonn Wastewater. Nou finn apel Missyé Siven ek so kamion zonn tou pou koné kot sa mové loder malang-la sorti.» Les premières recherches menées près des stations d’épuration, dans les poubelles et les dépotoirs du pays n’ont toutefois rien donné.

Pour ne pas suffoquer, les Mauriciens font contre mauvaise fortune bon mal au cœur. Dans les supermarchés et les espaces bien-être, les aérosols d’air freshner, les bougies parfumées, les huiles essentielles et autres pinces à linge pour le nez sont en rupture de stock.

Face à cette «schlinguerie» généralisée, un groupe de citoyens, les Anti-pourritures, a tenté de tirer le mystère au clair. Des semaines durant, ils ont traqué ces émanations venues tout droit des entrailles de l’enfer.

Ils ont découvert que cette horrible fragrance aux effluves de W.-C. émanait, en fait de la cavité buccale de Showkut. «Il a dit tellement de choses dégoûtantes que sa bouche s’est transformée en égout», explique ainsi le groupe dans un rapport. La bouche en question a été soudée pour éviter toute récidive.


(Si tu veux le voir pour le croire, merci d’aller promener ton doigt - si tu es sur ton téléphone ou ta tablette - ou ton curseur, si tu es sur ton ordi, sur la carte ci-dessous.)

Publicité
Publicité

On le croyait invincible et intouchable après que ses nombreuses frasques qui ont défrayé la chronique depuis le début de son mandat et qui sont passées sans qu’on le sanctionne. Mais Showkutally Soodhun s’est résigné à donner sa démission d’un «commun accord» avec le Premier ministre Pravind Jugnauth, après qu’une vidéo dans laquelle il tient des propos à relent communal a été publiée. Retour sur le scandale qui a fait tomber le n°4 du gouvernement.

D'autres articles »

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires