Politique: les morts-vivants

Avec le soutien de

Au cours des prochains jours, on fêtera Halloween. Le 1er novembre, on rendra hommage à nos chers disparus. En attendant, aujourd’hui, on célèbre les morts-vivants. Des politiciens, qui ont creusé, certains à coups de langue, leur propre tombe. Ceux que les internautes et lecteurs veulent «avoy manzé», enterrer six pieds sous terre lors des prochaines élections, pour qu’enfin, ils puissent se reposer en paix. Aux dernières nouvelles, les fossoyeurs ont déjà prévu de l’espace pour les vampires, zombies, momies et autres «touni minwi) au cimetière. Leurs épitaphes sont également prêtes. Tour d’horizon.

Ici couche SAJ (préhistoire-2019)

«Mo piss lor zot bann batiara. Mo foupamal ar zot. Ki to pe gété, al begn Rodrigué to fer bien. Eoula, avoka di diab ou?»

Here lies Sexpire (1582-2019)

«To be bouffon or not to be bouffon, zat was ze question. Please, all ze femel lisien, don’t aboyer near my tomb. Sank you.»

Anil vit-jaya, il mourut-jaya (1920-2019)

«Vijaya, my heart will go on, though it has stopped. Unfortunately, you were not at the Cardiac center at that time. I will haunt your dreams. You lit up my life like a candle during a blackout. Hope you get the job at the CEB.»

Ci-gît Etienne (1940-2019)

«Touni j’ai vécu, touni je suis mort.»

Ici repose Minis Prince Showkut dernier du nom (1950-2019)

«Prince Salman finn donne mwa laklé sa tom-la. Mo pa finn pay bill lopital. Mo bodyguard inn bez mwa kout revolver, akoz mo ti pé tro kozé.»

P.S : Ô toi lecteur, si tu veux voir le cimetière en vrai, merci de passer ton majeur (pas ta langue) sur l’image ci-dessous, pour découvrir l’emplacement des tombes respectives

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires