Cours de course en cour

Avec le soutien de

«Je veux faire courir les Mauriciens.» Stéphan Toussaint a ainsi prêché, dans ces colonnes, dimanche dernier. Pravind Jugnauth, le Premier ministre (on le précise, car ce n’est pas bien entré dans nos têtes, c’est drôle comme on a le réflexe SAJ quand il s’agit de ce titre), lui, veut nous faire nager. Et nous, on pédale dans la choucroute (le briani plutôt). Nager ? Courir ? Que choisir ? On court déjà après le temps, l’argent et on nage déjà en plein délire. Vaudrait mieux nager dans l’argent et courir pour le délire, en fait.

On ne peut pas s’empêcher, en lisant notre nouveau ministre des Sports, d’avoir l’image du hamster dans sa petite roue. A faire des ronds dans le vide pendant que l’heure tourne, elle aussi. Pour atteindre quoi ? Dans cette société, on finirait par croire que courir sur place est une fin en soi. Je cours, donc j’existe. Je me dilapide dans un tas d’obligations et d’activités pour donner du sens à ma vie, donc je suis. Je fais des courses, donc je vis. Ça commence très tôt. Nos gamins concourent (non, cela ne veut pas dire courir entre cons) dès le plus jeune âge.

La bonne nouvelle, parce qu’il y en a, c’est qu’avec le nouveau curriculum au secondaire, les garçons pourront suivre des cours (pas des courses) de cuisine et de couture et les filles pourront aller dans les ateliers de Design and Technology. Une petite révolution dans un environnement marqué du sceau du genre (et du met dan zar, mais ça c’est une autre histoire)…

Tiens, vous n’avez jamais remarqué que ce même mot peut aller dans deux sens complètement différents plus vite qu’Usain Bolt ? Le Larousse donne comme définition à «révolution» (entre autres) : «Mouvement d’un objet autour d’un point central, d’un axe, le ramenant périodiquement au même point.» Ou «Changement brusque, d’ordre économique, moral, culturel, qui se produit dans une société.» Dans un cas, il y a un retour au même point, dans l’autre, un changement radical.

Donc, le hamster, il a deux choix dans sa roue : soit il s’essouffle pour rester au même point, soit il arrête de courir et ronge les barreaux pour rejoindre les autres espèces qui l’entourent et aller voir, hors de sa cage, ce qui se trame, par exemple, dans la cuisine. Même si c’est un hamster mâle, il en a le droit maintenant, puisqu’il aura pu suivre des cours en food and nutrition. Avec un peu de poudre à Curie, il sera un Hamster Dame Boy... On s’éloigne au pas de course du sujet… Bref, tout ça pour dire qu’il n’est pas né le ministre qui introduira la philosophie à l’école pour que tous les Mauriciens pensent (les plaies). C’est tellement plus (f)utile de nous faire courir ou nager.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires