Que les vœux pour pleurer

Avec le soutien de

À tous ceux qui ne font rien aujourd’hui, à tous ceux qui pleurent leur solitude, à tous ceux qui regardent cette opulence sans jamais pouvoir la toucher, à tous ceux pour qui Noël ne signifie rien, à tous ceux qui attendent juste que ces fêtes se passent, à tous ceux qui n’ont qu’un mine Apollo en guise de festin, à tous ceux à qui ces joyeusetés ne font que remuer le couteau dans la plaie d’un deuil ou d’une absence, à tous ceux qui ne se sentent pas concernés par toutes ces simagrées, à tous ceux qui travaillent et regardent les autres s’amuser, à tous ceux qui ne peuvent pas offrir le cadeau de leur choix à leurs enfants faute d’argent, à tous ceux qui ne veulent pas se laisser imposer un comportement à un moment donné parce que tout le monde le fait, à tous ceux pour qui cette période, source d’angoisse, est la pire de l’année, à tous les décalés, les déphasés, les à-côtés, par choix ou par contrainte vous n’êtes pas seuls, même si vous n’êtes pas les plus nombreux. Mais plus que l’on ne croit. Ces non-vœux et cette pensée spéciale sont pour vous.

Si cela peut vous consoler, dites-vous aussi que pour une fois, nos dirigeants vont passer des fêtes plutôt indigestes. La magie de Noël n’opère pas à tous les coups. Si tel était le cas, elle aurait fait bloquer de l’Imprimerie du gouvernement le bilan 2015- 2016 «Réalisations Work in progress» distribué vendredi avec un quotidien du matin (mais pas l’express). Dès la page 5, présenté comme une des réussites-phare, le tourisme.

Avec une belle place accordée à Xavier-Luc Duval, sur trois pages qui, sous le titre «résultats sur résultats», se voit félicité pour avoir «su redonner le sourire à une industrie qui faisait grise mine». De prime abord, ça se justifie, la hiérarchie du gouvernement (avant cassure) ayant été suivie (PM, DPM, VPMs etc.). Mais pas toujours, puisque les Arts et la culture se retrouvent à la fin et, surtout, que le ministère du Travail a devancé ceux de l’Industrie et des Services financiers, notamment. On vous laisse l’interprétation libre, entre gadjacks et bûche. Aucune mention des «réalisations» de l’Attorney General, non plus. N’étant pas élu, il n’est pas redevable ? C’est pourtant un ministère clé, qui a bien sévi cette année, également payé des deniers du peuple. En tout cas, les MSM et ML ont dû se mordre les doigts en lisant ce document vendredi. Du coup, même s’il affiche des choses positives, la présence de quatre ministres démissionnaires dans cinq ministères, ça casse tout. Bye-bye crédibilité ! C’est un beau cadeau à Xavier Duval.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires