Merci, Donald !

Avec le soutien de

Amis Mauriciens, et surtout vous Mexicaines sans-papiers, noires, musulmanes et lesbiennes, je vous le dis : gardez votre sang-froid, tout n’est pas perdu. Je sais, on n’avait encore jamais vu un pays entier foirer un test de QI. Personnellement, c’est la perspective de filer les codes nucléaires à un belliqueux à mèche blonde qui m’inquiète un peu. D’autant qu’elle est alimentée un peu plus chaque jour par un combustible très efficace pour coller la trouille à chacun : les appels maladroits à dédramatiser la victoire de M. Trump.

Calmons-nous, regardons le bon côté de cette élection et dédramatisons-la pour de bon. Soit dit d’abord, on a arrêté de voir la tête de Mike Seetaramadoo tous les jours. Vos journaux ont trouvé une nouvelle personne dont dire du mal, ce qui est une avancée considérable en termes d’équité et d’équilibre. Vous noterez aussi qu’on va enfin pouvoir se débarrasser de cette saleté d’Obama qui nous filait des complexes tellement il était classe par rapport à nos dirigeants à nous. Autre joyeuseté, vous pouvez ranger vos cahiers et profiter pleinement de l’été. Un pays qui choisit un président au nom de canard, qui barbote une campagne figée dans la boue et qui fait coincoin à la fin alors même qu’il a reçu moins de voix, eh bien ce pays-là, s’il a un minimum d’élégance, ne se sent plus obligé d’asséner des leçons de démocratie à la Terre entière. C’est toujours ça de pris.

À ce rythme, ça va être sympa le g8 en 2017, avec donald trump, marine le pen, vladimir poutine, kim jong-un, daesh et, qui sait, peut-être même dark vador

Autre bonne nouvelle, et non des moindres, la question des Chagos est réglée. Oui, réglée. Disons-le franchement : il y a plus de chance qu’Anerood se mette au baseball que Donald se mette à démilitariser. Ce qui a le mérite de canaliser les priorités de notre diplomatie. Mais voyez surtout le chemin d’espérances nouvelles que ce scrutin a dessiné pour certains. Si un pays a pu passer en quatre ans d’un président Noir à un président soutenu par le Ku Klux Klan, je ne vois pas pourquoi le nôtre serait incapable de se penser autrement que de façon circulaire, de Jugnauth I à Jugnauth II.

Cela dit, autant pour Maurice un peu d’imprévu serait souhaitable, autant pour la planète j’ai des doutes. À ce rythme, ça va être sympa le G8 en 2017, avec Donald Trump, Marine Le Pen, Vladimir Poutine, Kim Jong-un, Daesh et, qui sait, peut-être même Dark Vador.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires