Suspect nu et enchaîné à une chaise: «Pa kapav éna lapolis koumsa», dénonce Rajah Madhewoo

Avec le soutien de

«Enough is enough!» Entouré des membres du Regrupman Travayer Sosyal, le Dr Maharajah Madhewoo manifeste, ce mardi 30 janvier, devant la Government House. Il dénonce le traitement qu’a infligé la Criminal Investigation Division (CID) de Curepipe à David Gaiqui, soupçonné d’être impliqué dans plusieurs cas de vols. Ce dernier a été dénudé et enchaîné à une chaise.

Le travailleur social précise qu’il n’a rien contre les policiers. D’ailleurs, rappelle-t-il, il a milité pour que leurs conditions de travail soient améliorées. Sauf que «kot zot pé fer linzistis nou pou pran pozision».


 

Maharajah Madhewoo dénonce avec force les propos de l’inspecteur Jaylall Boojhawon, président de la Police Officers Solidarity Union. Ce dernier a, en effet, déclaré que David Gaiqui n’a pas été victime de brutalité policière. Ajoutant que «dénuder un suspect, c’est normal, selon les procédures de la police. D’ailleurs, dans les prisons à Maurice, on utilise cette méthode au quotidien». Qui plus est, devait préciser le policer, «si on denude [un suspect], c’est pour sa propre sécurité ainsi que celle des policiers qui s’occupent de lui». 

Maharajah Madhewoo ne l’entend toutefois pas de cette oreille. «Pa kapav éna lopolis koumsa!» martèle-t-il.  Le travailleur social estime que certains membres de la police n’ont pas la vocation. «Zot inn rant lapolis by default.» D’ailleurs, il se pose des questions sur le mode de recrutement.

Pour Maharajah Madhewoo, il est primordial de rétablir la confiance dans la force policière. «Sinon ar kisanla pou éna konfians?» Si rien n’est fait, prévient-il, le pays va au-devant d’une explosion sociale.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires