Zouberr Joomaye parle de complot politique et de menace pour la démocratie

Avec le soutien de

Arrêté pour complot en vue de nuire à l’intégrité de Navin Ramgoolam, Zouberr Joomaye accuse la police d’être un « outil politique » et s’inquiète pour la démocratie. Plusieurs dirigeants du Mouvement militant mauricien (MMM) s’étaient déplacés pour soutenir leur camarade de parti.

« C’est un jour très sombre&nbsp pour la démocratie mauricienne. J’ai subi une arrestation motivée par des raisons purement politiques. La police a mené son enquête sous le couvert d’un agenda politique », martèle Zouberr Joomaye à sa sortie du tribunal ce mardi 27 septembre.

Après son inculpation devant la Cour de district de Port-Louis, le candidat battu du MMM dans la circonscription No. 13 (Rivière des Anguilles/Souillac) lors des dernières législatives, a dû fournir une caution de Rs 25 000 et signé une reconnaissance de dettes de Rs 200 000 afin de retrouver la liberté.

Zouberr Joomaye rappelle qu’il a été convoqué au CCID comme témoin dans l’affaire de diffusion de fausses nouvelles, et que ce n’est que pendant sa déposition qu’il a été informé qu’une charge de complot sera retenue contre lui.

« Je constate que la démocratie est menacée parce que la police est devenue un outil politique entre les mains du gouvernement », affirme Zouberr Joomaye.

Si, au départ, le membre du Comité central du MMM avait été informé qu’il sera poursuivi pour « complot en vue de déstabiliser le gouvernement et de porter atteinte à l’intégrité du Premier ministre », finalement, ce n’est que la deuxième partie de la charge qui a été retenue contre lui.

Les principaux dirigeants du MMM, en l’occurrence le leader-adjoint, Alan Ganoo, le secrétaire général, Rajesh Bhagwan, ainsi que Joe Lesjongard, Adil Ameer Meea, Kavy Ramano et Veda Baloomoody, étaient présents dans l’enceinte du tribunal. Tous se sont étonnés de la charge retenue contre Zouberr Joomaye. Rajesh Bhawan s’en est directement pris à Navin Ramgoolam.

« Les dirigeants du MMM ont tenu à être présents pour témoigner notre solidarité envers Zourberr Joomaye. C’est clair que le gouvernement de Navin Ramgoolam est en état de décomposition. Comme dans les années 70, il se sert de la police comme une gestapo pour semer la terreur. Le jour approche où Navin Ramgoolam lui-même aura à faire face à la justice », a déclaré Rajesh Bhagwan. Par ailleurs, ce dernier n’a pas manqué de rappeler que&nbsp la fraude et la corruption sont devenues monnaie courante dans ce pays.

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires