XLD: «Ramgoolam n’est pas le genre à mettre son poste en jeu pour protéger quelqu’un»

Avec le soutien de

Le leader du PMSD, Xavier-Luc Duval, livre sa lecture de la scène politique en cette période préélectorale.


Quelle est l’humeur au sein de l’Alliance sociale (AS) ces derniers temps avec toutes les tractations d’alliance. On dit aussi que ces tractations ont eu pour effet que vous êtes en froid avec le Premier ministre, Navin Ramgoolam?

Avant de répondre à cette question, il est important de dresser un bilan de l’AS au cours de ces cinq dernières années. Le gouvernement de l’AS a été fantastique, le bilan est bon. Nous avons admirablement fait face à la crise économique et personne ne peut dire que le ministère du Tourisme n’a pas été performant. Les mesures budgétaires apportées par le vice-Premier ministre et ministre des Finances, Rama Sithanen, ont grandement aidé les pauvres.

C’est le meilleur gouvernement que nous ayons eu. Nous avons réussi à faire du Morne un patrimoine mondial. Nous avons construit 22 000 maisons CHA destinées aux plus pauvres. La commission Justice et Vérité a été créée. Puis, il y a eu le Festival International Kreol, qui a ravivé un sentiment de fierté au sein de la communauté créole. Tout cela pour vous dire que l’ambiance au sein de l’AS est bonne.

Et concernant vos relations avec Navin Ramgoolam…

Il n’y a jamais eu de froid avec Navin Ramgoolam contrairement à ce que prétendent certains. Il m’a appelé le jour-même où ces déclarations ont été publiées dans la presse et il s’est empressé de les rectifier pour dissiper tout malentendu.

Mais comment expliquez-vous que chacun paraît jouer sa partition en solo. Cela fait longtemps que nous n’avons pas assisté à une conférence de presse ou à un meeting de l’AS?

Il n’y pas eu de conférence de presse après les élections de 2005 et nous n’avons pas senti le besoin d’en tenir. Cela fait cinq ans qu’on travaille tous ensemble et on se fait tous confiance. Le PMSD travaille sur cinq dossiers, tels que l’éducation, l’égalité des chances, le droit au logement, le combat contre les fléaux de la drogue et la proposition d’un salaire décent à tous les Mauriciens. Ces dossiers feront partie du manifeste électoral de l’AS.

L’absence de Richard Duval, député de la circonscription 12 Mahébourg/Plaine-Magnien, n’est pas passé inaperçue lors de la cérémonie de commémoration de l’abolition de l’esclavage, organisée par le ministère de l’Education, des Ressources humaines et de la Culture, le 1er février au Morne. Cela a fait beaucoup de bruit…

Le député Yatin Varma n’était également pas invité à cette cérémonie. On ne peut pas empêcher les gens de parler et de tirer leurs propres conclusions. Nous assistons à une drôle de guerre avant la bataille. Ce tiraillement ne nous apporte rien de bon et ne fait qu’engendrer le stress.

Il y a eu de nombreuses tractations d’alliances ces derniers temps, surtout entre le Parti Travailliste (PTr) et le Mouvement Militant Mauricien (MMM). Quelle est votre lecture de ces événements, surtout que Navin Ramgoolam a déclaré qu’il parlait à tout le monde?

Dans la conjoncture actuelle, avec les élections générales derrière la porte, les deux partis de l’opposition veulent faire alliance avec le PTr. Le Mouvement Socialiste Mauricien (MSM) fait ses négociations plus sereinement alors que le MMM tombe dans la démagogie. Ces derniers ne font que cracher sur le PMSD et veulent à tout prix nous faire du tort. Rama Valayden est leur cible privilégiée et je tiens à préciser qu’il a été un Attorney General exemplaire.

Vous avez déjà annoncé votre liste de candidats, à l’instar de Michaël Sik Yuen conseiller municipal de Curepipe au numéro 17 (Curepipe/Midlands)… N’est-ce pas devancer les événements?

La liste n’a pas encore été finalisée. Le cas de Michaël Sik Yuen est différent. Il a brillé en tant que maire. Il a su se transcender en tant que maire et a accompli en travail exemplaire. Il est aujourd’hui un candidat très respecté et j’ai uniquement annoncé la candidature de Michaël Sik Yuen pour le mettre en selle.

Selon certaines informations, il se pourrait que Richard Duval et Rama Valayden n’obtiennent pas de tickets pour les élections. Ils seraient devenus «indésirables» au sein de l’AS suite à certaines allégations. Quelle est votre réaction à ce sujet?

On attaque Rama Valayden non pas pour ce qu’il est, mais parce qu’il est l’adversaire direct de Paul Bérenger au numéro 19 (Stanley/Rose-Hill). Je ne connais pas beaucoup de politiciens qui auraient eu le courage d’affronter Paul Bérenger au numéro 19, peut-être que moi-même je ne l’aurai pas eu.

Ils n’attaquent pas Valayden parce qu’il a fait quelque chose. Ils l’attaquent parce que Valayden connait quelqu’un qui aurait peut-être commis quelque chose de mal. Les attaques du MMM contre mon papa (Sir Gaëtan Duval) ont toujours été comme ça. Cela se fait toujours par association. Cela fait plusieurs mois qu’ils s’acharnent contre Rama Valayden, qu’ils aillent donner une déclaration à la police s’ils ont des preuves.

Je connais Navin Ramgoolam. Il n’est pas le genre à mettre son poste ou sa réputation en jeu pour protéger quelqu’un. Et il l’a toujours dit. Il ne va bouger ni pour Richard, ni pour Rama Valayden, ni pour Maurice Allet et ni pour moi. Si Navin Ramgoolam ne protège même pas ses ministres, comment peut-il nous protéger. Quel genre de pouvoir aurait-on sur lui! Ces mêmes gens qui disent que nous ne valons rien nous donnent un pouvoir exceptionnel pour bloquer une enquête sur Valayden. Or, il n’y a rien. C’est pour cela qu’il n’y a pas de déclaration contre Valayden.

Seriez-vous en faveur d’une alliance bleu-blanc-rouge?

Ne parlons pas d’alliances ni de mésalliances…

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires