WIP prépare les femmes qui veulent briguer les suffrages aux élections municipales

Avec le soutien de

Le mouvement Women In Politics (WIP) a, ce dimanche 17 juillet, récompensé les&nbsp femmes qui ont complété, avec succès, le&nbsp programme de formation destinée à celles qui s’intéressent à la politique. WIP envisage des manifestations si le projet d’imposer 33% de candidatures féminines aux municipales, était bloqué.

Les femmes se préparent pour les municipales. Voilà deux années depuis que WIP a fait de la formation des femmes en politique, sa mission. Quelques 154 femmes ont suivi les cours assurés&nbsp par des conférenciers invités par WIP. Elles ont reçu leur diplôme, le dimanche 17 juillet, à la Ebène Cybertower 1, en présence de la ministre de l’Egalité des genres, du Développement de l’enfant et du Bien-être de la famille, Sheila Bappoo et de celui des Collectivités locales, Hervé Aimée.

Les membres de WIP accueillent favorablement la proposition du ministre Hervé Aimée, d’imposer un quota de 33% de candidatures féminines aux élections municipales et villageoises. Elles affirment que cette disposition qui figure dans le projet de la loi, Local Government Bill présenté récemment par le ministre arrive à un moment opportun. « C’est une récompense car WIP a formé une centaine de femmes dans plusieurs régions de l’île à devenir de futures politiciennes », laissent entendre les dirigeantes de WIP.

Paula Atchia, dirigeante de Women In Networking qui englobe le WIP, a appelé les femmes à se mobiliser pour s’assurer que le Local Government Bill soit voté.&nbsp « Toutes les femmes doivent veiller à ce que cette législation soit en vigueur. S’il faut manifester pour cela, on le fera. Nous avons besoin de cette loi pour que les femmes soient représentées au niveau des collectivités locales ou aux élections générales. Ceux qui trouvent que cette initiative est anticonstitutionnelle ne veulent pas l’avancée des femmes en politique », a-t-elle affirmé avec force.

Paula Atchia a aussi fait ressortir que désormais, «les femmes n’ont plus à attendre d’avoir un ticket pour faire de la politique». Elle a ajouté à l’intention des femmes qui attendent l’investiture d’un parti, qu’il y a plusieurs façons de s’engager la politique. Il n’y a pas que la candidature aux élections. «A Maurice, on vous choisit si vous appartenez à une bonne caste ou si vous avez de la chance. Il y a des femmes qui attendent toujours de recevoir leur ticket électoral. Je salue leur courage mais je tiens à leur dire qu’il existe d’autres moyens de faire de la politique», conseille la responsable de WIN.

Marie-Anne Lagane, membre et formatrice de WIP affiche la satisfaction. Le programme de&nbsp formation, qui a débuté en 2009, a été un succès. « Nous avons été davantage motivés à former les femmes puisque la loi leur accordera, enfin une place plus importante en politique », soutient-elle. La formatrice ajoute que de nombreuses femmes ont «dépassé les préjugés et osent militer pour le pays ».

Celles qui ont bénéficié de la formation se disent prêtes à briguer les suffrages aux prochaines élections municipales. L’une d’elles, Gurtie Clifford, une habitante de Karo Kalyptis, un quartier dans la banlieue de Port-Louis, ne cache pas ses ambitions. «J’ai gagné en assurance. Je n’hésite pas à m’adresser personnellement aux autorités pour faire avancer mon quartier. La politique m’intéresse pour le progrès du pays », indique-t-elle.

Sheila Bappoo a, pour sa part, fait une brève intervention. La ministre soutient, quant à elle, que le plus grand obstacle à l’engagement des femmes en politique, c’est l’homme. «Ce sont les hommes qui nous bloquent. Mais nous avons besoin d’eux comme partenaires. Cela fait trop d’années depuis qu’ils décident et nous sommes devenues des prisonnières des préjugés liés à la tradition, à la culture ou à la religion. Pendant combien de temps allons-nous accepter d’être des victimes ?», s’est demandé la ministre.

Invité à se prononcer sur l’action de WIP, Hervé Aimée a soutenu que les femmes devraient prendre conscience des nombreux combats qu’elles ont déjà gagnés. Le ministre des Collectivités locales a fait ressortir la contribution des femmes au développement économique du pays. Il a évoqué leur&nbsp rôle dans la&nbsp zone franche et les a félicitées pour leur progrès dans l’éducation. «Je félicite WIP pour son engagement dans la formation des femmes. Cette initiative aidera à accentuer la participation féminine dans le domaine politique et c’est la vision du gouvernement », a-t-il soutenu.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires