Vols de cuivre : le nouveau filon dans l’économie parallèle

Avec le soutien de

Après le fer, c’est le cuivre qui a la cote ! Depuis quelque temps déjà, les vols se multiplient. Pourquoi ? Qu’est-ce qui fait courir après ce métal ? Quelle est sa rentabilité ? Explications.

«On s’est infiltré chez moi et on a volé ! On nous a dérobé des câbles électriques plusieurs fois. Cela fait deux ans depuis que nous subissons ces vols. Et moi, j’ai fait de nombreuses plaintes à la police», déclare Rajiv Gowressoo. Le directeur de Samlo Group, qui opère une fonderie de recyclage des métaux à Dubreuil, est exaspéré par le nombre de vols subis.

Depuis plusieurs mois déjà, ces vols sont légion à Maurice. Le 31 janvier dernier, c’est un comptable de 33 ans, habitant Floréal, qui en a fait les frais. Des malfrats ont volé des accessoires en cuivre et des équipements sanitaires à son domicile. En 2010, des centaines de mètres de câbles souterrains ont été déterrés et volés à Mare-Tabac ainsi qu’à Piton, La Tour Koenig, Malenga, Deep River, entre autres régions de l’île. Au total, ces vols sont estimés à Rs 2 millions !

Et la police ne peut que constater les dégâts. «Ces vols sont assez fréquents. Nous essayons de sensibiliser les propriétaires et opérateurs pour qu’ils soient plus vigilants», affirme Gaëtan Murthen, sous-inspecteur de la Crime Prevention Unit. Après la recrudescence de vols de câbles téléphoniques l’an dernier, Mauritius Telecom a, de son côté, mis sur pied un système d’alarme pour prévenir ces délits. D’ailleurs, des patrouilles policières sont, depuis, effectuées sur une base régulière.

Mais cela ne semble pas pour autant décourager les voleurs. Plusieurs se regroupent pour dérober du cuivre dans les maisons, les entreprises et même les fonderies ! C’est dire que le métal attire ! Qu’est-ce qui explique l’engouement pour le cuivre ? «Le cuivre est prisé parce qu’il rapporte gros. Depuis quelques temps, le prix mondial a pris l’ascenseur. Il y a cinq ans, la tonne coûtait 2 500 dollars et maintenant, selon le London Metal Exchange, le prix avoisine les 8 000 à 9 000 dollars la tonne », déclare Marc Técher, directeur de Steel Scrap Ltée. L’entreprise procède au recyclage de métaux et de déchets métalliques depuis 1960. Aujourd’hui, les objets en cuivre valent une moyenne de Rs 240 000 la tonne. Ce qui est considérable !

Marc Técher explique que le cuivre est acheté à Rs 125 à Rs 160 le kilo. Ensuite, il est traité, préparé et recyclé sous forme de ballots ou de câbles ou en format pressé. Puis, ces produits sont revendus aux pays d’Asie, comme l’Inde, entre autres, pour être transformés en pièces ou applications électriques. Parallèlement, le fer ne rapporte qu’environ 400 à 500 dollars (environ Rs 12 000) la tonne, selon Rajiv Gowressoo. Selon ce dernier, il existe deux types de cuivre prisés par les voleurs : «Le cuivre rouge se trouve essentiellement dans les câbles électriques et le jaune dans des équipements de robinetterie et sanitaires, les couplets et poignets de portes, des objets décoratifs, les statuettes, notamment.»

Certes, le cuivre vaut son pesant d’or ! Le métal, très lucratif, attire des vandales. Malheureusement, si certains exportateurs exigent des permis des revendeurs comme le stipule le Consumer Protection (Scrap Metal) Amendment Regulations 2009, d’autres écoulent le cuivre sans sourciller. «Il doit y avoir connivence», souligne un policier.

Pourtant, en vertu de la section 3 de cette loi, les revendeurs de métaux aussi bien que les exportateurs doivent impérativement détenir un permis officiel du ministère du Commerce. La licence annuelle coûte Rs 50 000 pour l’exportateur et Rs 12 000 pour le revendeur. Et s’il y a infraction, la contrevenant s’expose à une amende n’excédant pas Rs 100 000 et une peine d’emprisonnement ne dépassant pas trois ans.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires