Vol de la couronne royale: le ministère de la Culture débouté au tribunal

Avec le soutien de

La Cour criminelle a acquitté quinze personnes incriminées dans le vol de la couronne royale à Andafiavaratra. Elle s’est de surcroît prononcée incompétente.
 

La Cour criminelle a rendu son verdict sur le vol de la couronne royale commis au palais d’Andafiavaratra. Au terme de leur procès qui s’est tenu à la salle 4 du palais du tribunal à Anosy dans la matinée d’hier, les quinze incriminés ont été relaxés au bénéfice du doute. Par ailleurs, la cour s’est déclarée incompétente quant aux 34 millions d’ariary de dommages et intérêts réclamés par le ministère de la Culture et du patrimoine, partie plaignante.
 

«Le ministère de la Culture et du patrimoine s’en était remis à la Justice lorsque ce vol a été perpétré. Bien que le verdict soit tombé, la brigade de lutte contre le pillage du patrimoine n’est pas pour autant dessaisie dans cette affaire», lâche la ministre Elia Ravelomanantsoa.
 

L’acte a été perpétré dans la nuit du 3 au 4 décembre 2011. Déférés au parquet quatre jours plus tard, dix des suspects ont été placés sous mandat de dépôt dont trois gardiens du musée, un gargotier, un guide, deux chauffeurs, un agent livreur de boulangerie et deux soldats de l’office des transmissions militaires, sis à côté du palais d’Andafiavaratra. Trois d’entre eux ont bénéficié d’une mise en liberté provisoire en mars et avril 2012, dont le guide, l’un des militaires incriminés et un chauffeur mis dans le même sac qu’eux.
 

En revanche, cinq des suspects n’ont jamais mis les pieds en prison, à savoir un restaurateur, deux techniciens de musée, un secrétaire et un gardien soupçonné d’avoir trempé dans cette affaire.
 

Entendus par le juge d’instruction le 8 décembre 2011, ils ont recouvré la liberté, contrairement aux dix autres prévenus.
 

Hier, seuls douze des accusés avaient répondu présent à la barre. Ils ont tous plaidé non coupable. Parmi ceux qui ont bénéficié d’une mise en liberté provisoire, quatre ont manqué à l’appel.
 

Outre les trois gardiens d’Andafiavaratra qui ont plongé, le gargotier, le guide, les deux chauffeurs, l’agent livreur et les deux militaires ont été jetés en prison lorsque les enquêtes préliminaires ont révélé qu’ils ont joué au rami jusqu’aux petites heures dans les parages la nuit du cambriolage.
 

Lors de ses auditions, le technicien de musée soupçonné d’avoir été pour quelque chose dans ce vol a pour sa part mis en avant que la clé de la vitrine octogonale dans laquelle était conservée la couronne des trois reines de la royauté Merina, est fermée à double-tour et que la clé est enfermée dans une armoire, laquelle était curieusement intacte lorsque l’acte a été constaté. Ces faits suspects ont ouvert la piste d’une complicité. Du coup, les suspicions ont fait tâche d’huile.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires