Voeux du nouvel an: Le Premier ministre lance la campagne électorale de l''Alliance sociale

Avec le soutien de

Navin Ramgoolam est convaincu qu’il joue un rôle important sur la scène internationale. Du moins, c’est ce qu’il a laissé comprendre lors de son message à la Nation, le 1 janvier. C’était davantage le début d’une campagne électorale que la présentation des vœux.

Dans son message de début d’année, le Premier ministre n’a pas prononcé des vœux. Il a lancé la campagne de l’Alliance sociale. Une campagne construite sur sa personne. «Aujourd’hui, Maurice est respectée sur la scène internationale», affirme Navin Ramgoolam. Parce que, dans les faits, tout se ramène à lui. Rien ne peut exister en dehors de Navin Ramgoolam. Ses fans peuvent être contents.

Parce que, aussi grâce à Navin Ramgoolam, l’île Maurice va jouer un rôle sur le plan régional. Il sait comment faire les choses. Grâce à lui, le sommet de Copenhague n’est pas un échec. Parce que Navin Ramgoolam a pu obtenir lors du dernier sommet du Comonwealth que 10% des 10 milliards de dollars revient aux pays en développement.

Ce qu’il a fait sur le plan international, Navin Ramgoolam l’a aussi fait sur le plan local. Il lui faut convaincre qu’il a réussi la démocratisation de l’économie. «Il ne s’agit pas de rendre les riches pauvres mais d’enrichir les pauvres», rappelle-t-il. C’est ce qu’il a fait depuis qu’il est au pouvoir. Il ne reste qu’à savoir combien de pauvres se sont enrichis grâce à Navin Ramgoolam. Le Premier ministre se réjouit, à ce chapitre, de l’ouverture de l’actionnariat de l’industrie sucrière.

Dans sa lecture si surplombante de la vie, Navin Ramgoolam n’oublie pas qu’il n’y a pas seulement l’économie et le social. Il y a les vieux et les jeunes. Il y les Rodriguais et les Chagossiens. Il n’oublie personne.

Il y a même la culture. Son gouvernement s’en occupe. «Nous avons la chance d’être au carrefour de toutes les cultures… Nous aurons bientôt un orchestre symphonique…», précise le Premier ministre qui, avec l’argent de la Loterie nationale, va disposer de fonds pour expliciter sa politique culturelle.

Pour les jeunes, le Premier ministre assure que son gouvernement met l’accent nécessaire sur l’éducation et la formation.

2010, c’est l’année du bilan. Et Navin Ramgoolam est fier de son bilan riche. Il est heureux d’être le capitaine qui, en ce temps cyclonique, a permis de sauver les Mauriciens. Il n’a laissé personne tomber. Il veut qu’on s’en souvienne au moment de voter. C’est la raison pour laquelle, il fait confiance à l’intelligence des Mauriciens. Il pense ainsi à l’épanouissement de toutes les composantes de la population.

Parce que c’est vrai qu’il n’y a pas une population mais des composantes de la population…

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires