Vikash Gungaram meurt après être resté six mois dans le coma

Avec le soutien de

C’est la consternation chez les Gungaram. Vikash (photo), 32 ans, a succombé à ses blessures, le jeudi 9 décembre, à l’hôpital Jeetoo, après être resté six mois dans le coma.

Vikash Gungaram avait&nbsp été grièvement blessé à la suite d’une violente dispute le dimanche 6 juin dernier, à Cité Barkly. Son agresseur n’est autre que son beau-frère, Jean-Alain Radis, âgé de 45 ans. Ce dernier a été interpellé par la police de Beau-Bassin. Il a comparu au tribunal de Rose-Hill.

C’est quand une dispute familiale a dégénéré que Vikash Gungaram a été agressé. Son beau-frère l’a frappé à la tête avec un parpaing. Transporté d’urgence à l’hôpital Jeetoo, la victime qui portait une plaie ouverte, avait été renvoyée chez elle, après qu’on lui ait prescrit du paracétamol. Plus tard, Vikash Gungaram s’est plaint de douleurs à la tête.&nbsp Il&nbsp s’est par la suite rendu plusieurs fois à l’hôpital, sans trouver la guérison. Au contraire, il a sombré dans le coma.

Annick Gungaram, l’épouse de Vikash, a raconté dans l’émission Enquête en Direct sur Radio One, le drame qu’ils vivaient. Le journaliste Finlay Salesse est intervenu&nbsp pour permettre au blessé de recevoir&nbsp la visite de deux médecins spécialistes.&nbsp Après six mois dans le coma, Vikash Gungaram est décédé le mercredi 8 décembre.

&nbsp

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x