Vidya Balan : « J’aime mon corps »

Avec le soutien de

Silk Smitha était considérée comme LE sex-symbol du cinéma du Sud. Mais alors qu’elle était au sommet de la gloire, elle s’est suicidée. «The Dirty Picture», d’Ekta Kapoor et Milan Luthria, retrace le parcours de cette actrice hors du commun. Dans le rôle principal : Vidya Balan.

Quelle était votre première réaction lorsque vous vous êtes vue dans ces habits ?

C’est à vous de réagir, pas à moi ! Je commence à me sentir comme Silk… insaisissable. Les hommes ont eu beaucoup de nuits blanches à cause d’elle… (rire)

Mais vous aimez ce que vous voyez ?

J’adore, c’est exactement ce que nous essayions de créer.

Avez-vous vu les films de Silk ?

J’ai vu Sadma et quelques-unes de ses chansons. Elle ne laissait pas grand-chose à l’imagination. Silk incarnait la partie dévergondée de chaque femme et, pourtant, au fond, elle était tendre.

Avez-vous pris du poids pour ce rôle ou est-ce du rembourrage, comme rapporté dans la presse ?

Vous devrez regarder le fi lm pour vous faire une idée. Mais, je peux vous dire qu’en tant que femme, j’ai toujours aimé mes courbes et les courbes aimaient Silk. Ce fi lm ne parle pas de poids, mais de ce qui «vend». Je crois ne pas avoir à en dire plus.

Mais en tant qu’actrice, vous devez sans doute être réticente à l’idée de prendre du poids pour un rôle. Car le perdre après, peut s’avérer difficile…

Mon but est de ressembler à la personne que j’interprète. Je ne pense pas à après le film.

Etes-vous facilement entrée dans votre personnage ? Silk était très différente de ce que vous êtes dans la vie…

En fait, c’était ça le challenge. Ce n’est pas intéressant de se jouer soi-même. En tant qu’actrice, j’aimerais interpréter différents rôles. Bette Davis est ma source d’inspiration, je veux jouer un personnage nouveau à chaque fois. D’ailleurs, j’interprète une femme enceinte à la recherche de son époux dans Kahani, de Sujoy Ghosh.

Au fil des années, vous avez travaillé dans de nombreux films, mais aucun n’était du genre «masala», contrairement à vos consoeurs…

Je me sens chanceuse de faire le genre de films que je fais actuellement et par la grâce de Dieu, ça marche. Je suis heureuse.

Stéphanie TECHER

(Source : l’express &amp moi)

&nbsp

Stphanie TECHER

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires