Vice-présidence : Monique Ohsan-Bellepeau préférée à Sathiamoorthy Sunassee

Avec le soutien de

Sathiamoorthy Sunassee n’est plus de la course. C’est une autre fidèle du Parti Travailliste qui est désignée pour succéder à Angidi Chettiar.

Navin Ramgoolam aura coiffé Paul Bérenger au poteau. En installant une femme dans le fauteuil de la vice-présidence. En effet, il semble que le Premier ministre ait finalement jeté son dévolu sur Monique Ohsan-Bellepeau, une ancienne députée demeurée fidèle au Parti Travailliste, pour succéder à Angidi Chettiar. Egalement un « die-hard » rouge, deux fois nommé vice-président, ce dernier&nbspest décédé&nbspà l’âge de 82 ans, le 16 septembre dernier.

Le nom de Monique Ohsan-Bellepeau circulait déjà en fin de semaine dernière, en même temps que celui de Sathiamoorthy Sunassee, autre fidèle du parti. Le chef du gouvernement venait alors d’enclencher les procédures pour nommer le remplaçant d’Angidi Chettiar. Une motion devant alors être présenté en son nom devant l’Assemblée nationale en vertu de l’article 29 de la Constitution.

Ancienne speakerine de la station de radiotélévision publique, Monique Ohsan est mariée à l’homme d’affaires Yves Joseph Bellepeau. Mère d’un magistrat et d’un avoué, elle a été nommée Junior Minister au ministère du Développement rural et urbain lors du premier mandat de Navin Ramgoolam entre 1995 et 2000.

Monique Ohsan-Bellepeau&nbsp a aussi été décorée Grand Officer of the Order of the Star and Key of the Indian Ocean en 2009.

Même si la polémique enfle sur le rôle purement symbolique d’un vice-président, Navin Ramgoolam semble avoir trouvé la parade pour faire taire les critiques. Son père, sir Seewooosagur Ramgoolam, alors chef du gouvernement après l’Indépendance, avait nommé la première femme ministre, Radha Poonoosamy.

D’origine sud-africaine, mariée à un médecin mauricien, c’est durant les années de braise, en 1975, que Radha Poonoosamy est nommée députée corrective, au décès d’un membre de l’Assemblée nationale. Sir Seewoosagur l’avait alors installé dans le fauteuil du ministre de la Femme, du Contrôle de prix et de la Protection des consommateurs.&nbsp

L’histoire semble se répéter avec le fils qui décide de nommer Monique Ohsan-Bellepeau pour remplacer Angidi Chettiar. Navin Ramgoolam crée ainsi l’histoire après les promesses faites par Paul Bérenger, du temps du gouvernement MMM/MSM, de nommer une femme au poste de vice-présidente. A l’époque, Angidi Chettiar avait démissionné afin de ne pas apposer sa signature au&nbsp controversable Prevention of Terrrorism Act (POTA).

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires