Vacoas-Phoenix : Le maire poussé à la sortie en raison de ses virées nocturnes

Avec le soutien de

Factures exagérées et goût prononcé pour la fête. Ce sont là les deux principaux ingrédients qui auraient poussé la direction du Parti Travailliste (PTr) à sommer Vicky Jawaheer de prendre ses distances de la mairie de Vacoas-Phoenix. Un congé qui serait, selon certaines sources, prolongé jusqu’aux prochaines échéances électorales.

Le maire de Vacoas-Phoenix est en congé maladie... Telle est la version officielle de la soudaine décision de Vicky Jawaheer, premier magistrat des deux villes de laisser son siège à son adjoint.

Elu depuis décembre dernier, ce serait en fait les incartades du poulain rouge qui ont poussé l’état major du PTr à le rappeler à l’ordre, apprenons nous de sources concordantes. Et à se rendre invisible pour un certain temps pour raisons de santé. Cela durera jusqu’aux prochaines élections municipales, une démission n’étant pas la plus indiquée.&nbsp

Vicky Jawaheer, lui, affirme être asthmatique. Et que sa fonction de maire n’a fait qu’accentuer ce mal. Certains membres du conseil municipal et autres proches du parti Travailliste à Vacoas-Phoenix donnent cependant une toute autre version des vraies raisons de son « départ ».

«Ce sont les frasques répétées de Vicky Jawaheer et son penchant pour la bouteille qui l’ont mené à sa perte. De toute façon, dès sa nomination j’avais attiré l’attention des conseillers sur les risques auxquels s’exposait le parti», affirme un de ses colistiers aux élections municipales de 2005.

Le dernier faux pas du maire aurait été commis au Buddha Bar, une boite de nuit de Grand-Baie le mois dernier. Il s’y était en rendu en compagnie d’une délégation réunionnaise venant de la ville de Sainte-Suzanne. A la fin de la soirée arrosée, ne pouvant régler la note à partir de sa carte de crédit, il a fallu qu’un des officiers de la mairie signe une reconnaissance de dette avant que Vicky Jawaheer et ses invités ne soient autorisés à quitter le lieu. La note aurait finalement été payée grâce aux fonds publics.

«C’est une honte pour la ville», s’insurge un ancien maire de Vacoas-Phoenix qui ajoute qu’à un certain moment des photos des «&nbsp frasques » de Vicky Jawaheer avaient même été publiées sur sa page Facebook. « Lors d’une cérémonie à l’occasion de la fête Holi, à Solférino, il a fallu réveiller monsieur le maire, qui dormait dans sa voiture de fonction, pour qu’il vienne prononcer son discours», raconte un membre influent du PTr au No. 15 (Vacoas-La Caverne).

Vicky Jawaheer, lui, est injoignable depuis le vendredi 6 mai. Il n’est pas disponible pour s’expliquer sur les reproches émanant de son propre camp.


&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires