Université des Mascareignes: soutenu, le Pr Pierre Guillon ne veut plus partir

Avec le soutien de

Le Pr Pierre Guillon, directeur de l’université des Mascareignes, compte rester à son poste jusqu’à la fin de son mandat avant de passer au poste de président du conseil d’administration de l’institution.

Il a changé d’avis. Le Pr Pierre Guillon, directeur de l’université des Mascareignes, compte rester à son poste jusqu’à la fin de son mandat avant de passer au poste de président du conseil d’administration de l’institution à compter de mai 2014. Ce qui l’a fait changer d’avis? Les manifestations de soutien émanant des chargés de cours et du personnel non enseignant mais aussi l’appui qu’il reçoit de deux ministres.

 
Tout a commencé avec une lettre anonyme. Celle-ci évoquait des problèmes au niveau de la gestion de Pierre Guillon, des mesures qu’il aurait mises en oeuvre et qui favoriseraient certaines personnes. Elle a atterri au ministère du Travail.
 
Sollicité par l’express, le directeur avoue avoir apporté des changements afin que l’établissement, qui est affilié à l’université de Limoges, donne des résultats et prouve sa compétence. «Ces mesures ont fait des mécontents.»
 
«Je n’ai pas compris ce qui se passait»
 
C’est à la suite de cette lettre que les inspecteurs du Travail ont commencé leur enquête. Sauf que la démarche du ministère est loin d’avoir plu au Pr Pierre Guillon. «Je n’ai pas compris ce qui se passait et j’ai trouvé que la visite des inspecteurs du bureau du Travail était déplacée, avance le Pr Pierre Guillon. À la base, il aurait fallu enquêter sur les gens qui ont envoyé cette lettre anonyme et non pas sur la gestion de l’université. C’est après cette visite à mon bureau que j’ai évoqué ma démission
 
À la suite de ces remous, plusieurs enseignants auraient fait circuler une pétition en soutien au Pr Pierre Guillon. En sus, le directeur de l’institution a bénéficié de l’appui du ministre de l’Enseignement supérieur. «J’ai eu une réunion avec le ministre et il m’a dit qu’il ne voulait pas que je démissionne. Il m’a aussi expliqué que les lettres anonymes étaient chose courante à Maurice», poursuit le directeur.
 
Outre le ministre Rajesh Jeetah, le directeur a été contacté par le ministre du Travail, Shakeel Mohamed. Ce dernier affirme avoir été informé de la situation par son collègue de l’Enseignement supérieur et qu’il a souhaité s’assurer que le Pr Pierre Guillon ne démissionnerait pas à cause de la lettre anonyme.
 
Nouvelle enquête
 
«Je lui ai téléphoné personnellement pour lui dire que c’est une pratique tout à fait normale au niveau du bureau du Travail d’enquêter à la suite d’une lettre anonyme, explique Shakeel Mohamed. Il y a deux raisons pour qu’une personne ait recours à ce genre de lettre. Soit elle dit la vérité et a peur de représailles soit elle ment pour porter atteinte à la réputation d’autrui.»
 
Nous apprenons qu’à ce stade, les inspecteurs du bureau du travail ont établi que les points soulevés contre le Pr Pierre Guillon dans la lettre anonyme ne sont pas fondés. Maintenant, ceux à l’origine de cette lettre font l’objet d’une enquête auprès du ministère du Travail.
 
«Mes inspecteurs savent déjà qui a écrit cette lettre et d’autres personnes sont soupçonnées. L’enquête se poursuit dans ce sens afin de retrouver ceux qui ont fait preuve de lâcheté», conclut Shakeel Mohamed.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires