Université de Maurice : Le ministre Jeetah rencontre le vice-chancelier démissionnaire

Avec le soutien de

La recomposition du conseil d’administration de l’Université de Maurice (UoM) serait la goutte d’eau qui aurait fait déborder le vase et aurait poussé le vice-chancelier de l’Université de Maurice à remettre sa démission. Le ministre de l’Enseignement supérieur, Rajesh Jeetah, devrait rencontrer Konrad Morgan ce mercredi 10 janvier.

Rajesh Jeetah, le ministre de l’Enseignement supérieur, devrait rencontrer le vice-chancelier Konrad Morgan ce mercredi 11 janvier. Toutefois, selon nos informations, le ministre ne devrait pas le convaincre à reprendre sa lettre de démission qu’il a soumise le lundi 9 janvier.

Du côté de l’Université de Maurice, l’on apprend que c’est la recomposition du conseil d’administration, décision provenant du bureau du Premier ministre qui aurait fait déborder le vase. De plus, la réunion du 22 décembre, date à laquelle le conseil était censé se réunir pour avaliser le plan de restructuration, n’a finalement pas eu lieu.

« Le plan de restructuration ne faisait pas l’unanimité auprès du personnel du Registrar », explique le Dr Dinesh Hurreeram, le président de la University of Mauritius Academic Staff Union. Ce plan de restructuration visait, en effet, à décentraliser le pouvoir au sein de l’université, et ainsi mettre à contribution les chefs de départements et de faculté dans les prises de décision.

« Les ingérences politiques étaient devenues monnaie courante conscient qu’il ne pouvait pas faire grand-chose face à toutes ces pressions, Konrad Morgan avait fini par laisser tomber. Cette décision de démissionner ne me surprend pas », soutient un membre du conseil d’administration.

Le Pro Chancellor, Soodursun Jugessar, se montre, pour sa part, avare de commentaires. Dans une déclaration à lexpress.mu, il a indiqué que le conseil se réunira le 19 janvier prochain afin de décider de la marche à suivre.

Qui remplacera Konrad Morgan ? A cette question, le Dr Dinesh Hurreeram se montre sceptique. « Avec toute la lenteur administrative, nous risquons d’être privés d’un vice-chancelier pendant plusieurs mois », poursuit-il. Cependant, il explique que c’est un most senior dean, qui devrait assurer la suppléance.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires