Une habitante du Nord dit avoir prostitué sa fille de 12 ans à cause de la misère

Avec le soutien de

Une femme au foyer de 33 ans a été interpellée ce lundi 13 juin pour avoir exigé de son aînée d’avoir des rapports sexuels avec des habitants de son village. L’enfant a indiqué que sa mère, qui a avoué, touchait Rs 1 000 par client.&nbsp

Elle n’est pas prête de retrouver ses enfants. Soupçonnée d’avoir incité sa fille de 12 ans à se prostituer, une habitante d’un village du Nord s’est vue enlever la garde de ses deux autres enfants, âgés de 7 et de 3 ans, par des officiers de la Child Development Unit (CDU) dans la journée du lundi 13 juin.

Arrêtée par la Brigade des Mineurs du Nord le même jour, elle a été traduite en cour de Pamplemousses dans la matinée du mardi 14 juin et maintenue en détention. Ce, après que sa fille et elle-même ont confirmé aux policiers qu’elle a empoché de l’argent après avoir exigé d’elle d’avoir des rapports sexuels avec au moins cinq habitants de ce village.

Cela fait quelques jours déjà que l’équipe du sergent Sameer Hosenee avait eu vent des activités illicites de la mineure. Une surveillance des lieux ainsi qu’une collecte de renseignements sur le terrain l’ont alors poussé à arrêter la mère âgée de 33 ans et à questionner l’enfant en présence des officiers de la CDU vers les 11 heures.

« Mo mama habitie van mwa pou Rs 1 000 », a confié la fille aux policiers. Elle a ainsi donné les noms des trois habitants qui ont eu des rapports sexuels avec elle et ceux des deux hommes qui étaient présents au moment des faits.

La mère a mis de l’avant ses conditions de vie précaire pour tenter de justifier son geste. Son mari ne levait pas le petit doigt pour l’aider à élever leurs trois enfants, préférant passer son temps à se saouler.

L’équipe du sergent Hosenee doit maintenant passer à la deuxième étape de son enquête en mettant la main au collet des hommes qui ont monnayé les faveurs sexuelles de l’enfant.&nbsp D’ores et déjà, le dossier à charge contre la mer est accablant : un examen de la victime par le chef du service médico-légal de la police, le Dr Sudesh Kumar Gungadin, a établi qu’elle a une vie sexuelle active malgré son jeune âge.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires