Un touriste indien arrêté pour attouchements sur des baigneuses à Pereybère

Avec le soutien de

&nbspPlusieurs jeunes filles se sont plaintes d`un plongeur aux mains baladeuses à Pereybère. Une directrice a porté plainte pour attouchement.&nbsp Un touriste indien a été arrêté.

Une «ombre» se déplaçait dans le lagon de Pereybère. Tournant autour de jeunes nageuses. Et à un moment, certaines d’entre elles ont senti des mains sur leur corps… Un touriste indien, âgé de 41 ans, a été arrêté&nbsp suite à une plainte déposée contre lui par une directrice de 28 ans.

Paraman Singaram a comparu en Cour de Mapou, le jeudi 23 novembre 2012, et a été reconduit en cellule policière. Une charge provisoire d’«assault» a été retenue contre lui. Selon une source proche de l’enquête, il était sous l’influence de l’alcool lorsqu’il aurait fait subir des attouchements à des nageuses. A Maurice depuis le 23 octobre, Paraman Singaram résidait dans un appartement à Rose-Hill et devait rentrer en Inde le 18 décembre.

«Je comprends maintenant les femmes qui sont victimes d’attouchements. Ce n’est pas plaisant qu’un inconnu vous touche sans votre consentement», déclare à l’express la directrice, qui habite à Curepipe. Choquée, elle a tenu à porter plainte, malgré les suppliques du touriste, qui implorait son pardon en larmes.

La jeune femme raconte que mercredi, elle s’était rendue à la plage de Pereybère avec sa sœur, sa belle-sœur et les enfants de cette dernière. «On avait remarqué un homme qui flirtait avec de jeunes femmes sur la plage. Il avait même attisé la colère de trois touristes françaises», indique-t-elle. Mais, voyant que les femmes étaient agacées, Paraman Singaram aurait décidé de partir nager.

«Quand je suis partie nager avec ma sœur, je ne l’ai pas remarqué», souligne la directrice. Tout à coup, elle a senti que quelqu’un l’attrapait par son postérieur et touchait ses parties intimes. «J’ai hurlé. Je n’avais remarqué personne nager près de moi.» Regardant autour d’elle, elle voit une «ombre» sous l’eau, qui s’éloigne d’elle. L’«ombre», finit-elle par distinguer, est un homme qui plonge en apnée. La directrice et sa sœur le suivent des yeux et le voient sortir sa tête de l’eau plus loin. «Il s’est retourné et m’a regardé», dit la Curepipienne.

Outrée, elle sort de l’eau et téléphone à la police. Avec ses proches, elle surveille le touriste indien. Alors que les policiers interpellent le suspect, «plusieurs femmes et jeunes filles se sont plaintes de lui. Il leur aurait également fait subir des attouchements», fulmine la directrice.

«La police m’a demandé ce que je portais, comme si c’était ma faute s’il m’avait touché !», se révolte-t-elle, soulignant qu’en sus de son bikini, elle portait un short. Elle précise aussi que quelques jeunes filles ne voulaient pas porter officiellement plainte contre lui, par peur de représailles de leurs parents.

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires