Un Seychellois appréhendé pour escroquerie

Avec le soutien de

Jean Pierre Nourrice a comparu devant la «Bail & Remand» Court à Port-Louis, hier matin, mardi 10 septembre.

Là où il a séjourné, il aurait pris la fâcheuse habitude de ne pas régler sa note d’hébergement. Activement recherché depuis un bon bout de temps, Jean Pierre Nourrice, un Seychellois de 35 ans, a été coffré par la Criminal Investigation Division (CID) de Curepipe durant la journée de lundi. 
 
Il est détenu au poste de police de Rivière-du-Rempart et sera traduit devant le tribunal de Mapou aujourd’hui. Ce Seychellois âgé de 35 ans doit répondre d’une accusation provisoire de «falsely obtaining credit». Il a fait l’objet de plusieurs plaintes pour frais d’hébergement non réglés. 
 
Selon les informations de la police, Jean Pierre Nourrice réside à Les Casernes, Curepipe. Il s’est installé à Maurice il y a quelques années. Le propriétaire d’un établissement de Grand-Baie a porté plainte contre ce ressortissant seychellois après que ce dernier soit parti sans avoir réglé sa note d’hébergement. Dans la région de Blue-Bay, deux plaintes similaires ont été faites contre lui
 
La police soupçonne que d’autres personnes ont porté plainte contre lui dans d’autres divisions de police du pays. Le consulat des Seychelles a été mis au courant de l’arrestation de cet homme. L’enquête est menée sous la supervision de l’assistant commissaire de police Devanand Reekoye, le Northern Divisional Commander.
Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période de confinement, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x