Un an plus tard, les 170 ex-planteurs de tabac toujours face à un avenir incertain

Avec le soutien de

Des membres de l’«Eastern Tobacco Association» et de la «Flue-Cured Tobacco Producers Association» réunis aujourd’hui, dimanche 10 novembre, au «Savannah Hall» à Belle-Mare.

Leur métier n’existe plus. Et cela fait un an qu’ils sont sans revenus et estiment que «le gouvernement nous a oubliés». Ces ex-planteurs de tabac n’abandonnent pas pour autant. Ce qu’ils veulent avant tout : une réorientation professionnelle évoquée lors d’une réunion ce dimanche 10 novembre.

Certains sont désespérés. Ne savant plus comment faire pour payer les frais scolaires de leurs enfants, par exemple. Depuis juillet 2012, ces 170 planteurs de tabac sont sans emploi. Cela, après la décision du British American Tobacco (BAT) de mettre fin à ses activités à Maurice. Un an plus tard, malgré une compensation de la BAT, une somme correspondant à leurs profits sur deux ans et demi, soit 30 % de leur chiffre d’affaires annuel, ils peinent à survivre. Réunis ce dimanche 10 novembre, ces ex-planteurs ont décidé de plancher eux-mêmes sur leur plan de réorientation professionnelle, car l’Etat, soutiennent-ils, fait la sourde oreille. 

«Nos nombreux courriers envoyés au gouvernement sont restés lettres mortes»,soutient Tanveer Mauderbaccus, membre de l’Eastern Tobacco Producers Association. Les membres de cette association ainsi que ceux de la Flue-Cured Tobacco Producers Association se sont ainsi donnés rendez-vous au Savannah Hall à Belle-Mare. Leur mission désormais : élaborer une stratégie de réorientation professionnelle.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires