Un deuxième ministre fait l’objet d’une plainte à l’ICAC

Avec le soutien de

Deux ministres inquiétés par l’ICAC en deux jours. Cette fois, c’est celui des TIC, Tassarajen Pillay Chedumbrum, qui en fait les frais.

Après Abu Kasenally, c’est au tour de son colistier de la circonscription No.13 (Rivière-des-Anguilles/Souillac), Tassarajen Pillay Chedumbrum de faire l’objet d’une plainte à l’ICAC. Les officiers de la Commission anti-corruption ont débarqué au ministère des Technologies d’Information et de la Communication (TIC) ce vendredi 28 septembre 2012. Ils ont consulté des dossiers relatifs au transfert du ministère dans un bâtiment de BPML, à Ébène. Il est reproché au ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum, de s’ingérer dans l’allocation de ce contrat à BPML.

Tout est parti d’une lettre anonyme. Un ancien cadre du ministère des TICs a révélé, que le ministre Chedumbrum avait usé de son influence pour allouer un contrat en vue de relocaliser les bureaux de son ministère, à Ebène.

Selon nos informations, les officiers de l’ICAC n’ont rien trouvé de suspect dans ce dossier. En effet, le ministère en question avait lancé un appel d’offre pour de nouveaux bureaux. C’est BPML, qui avait été finalement choisi. Mais le projet de relocalisation reste bloqué n’étant plus sur programme annuel du ministère.

Contacter par l’express, le ministre des TICs se défend. « J’ai suivi toutes les procédures en vigueur, surtout concernant l’appel d’offre. A aucun moment, je ne me suis ingérer dans quelque dossier. L’auteur de la lettre anonyme est un ancien officier de mon ministère. Il a fait la pluie et le beau temps avant d’être transféré. Je me demande bien pourquoi il a attendu si longtemps pour essayer de me nuire », s’insurge ce dernier.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires