Trois Jugnauth sur une même plateforme n’est pas à écarter, selon Ashok Jugnauth

Avec le soutien de

Le leader de l’Union nationale est en mode attente quand à son rôle dans la future alliance entre le MSM et le MMM. Ashok Jugnauth a fait l’éloge de son frère, Sir Anerood Jugnauth, lors du Comité central de son parti ce samedi 31 mars à Saint-Pierre. Il n’écarte pas la possibilité d’être partie prenante de cet accord électoral.

Le remake de 2000 ne se fera pas sans Ashok Jugnauth. Le leader de l’Union nationale (UN) a évoqué le fait qu’il ne serait pas contre l’idée de travailler avec son neveu, Pravind Jugnauth, le leader du Mouvement Socialiste Militant (MSM) et avec son frère, Sir Anerood Jugnauth, ce, « dans l’intérêt du pays ». Mais il attend les directives de son allié, le Mouvement Militant Mauricien (MMM. Ashok Jugnauth affirme, lors de son comité central ce samedi 31 mars, que le parti prendra une décision en temps et lieu, mais qu’un rapprochement avec le MSM n’est pas à écarter : « s’il y a de bon joueurs, qu’est-ce qui les empêche de jouer ensemble ?», lance le leader de l’UN d’un ton amusé.

Ashok Jugnauth réagit également à la démission de Sir Anerood Jugnauth de la présidence. Selon lui, le président de la République a le droit de démissionner, c’est son choix. Il se demande pourquoi il y a tant d’agitation de la part de la majorité gouvernementale. « Palabre na pas rempli ventre sa » s’insurge t-il.

Quel rôle aura Ashok Jugnauth ? Il affirme attendre les développements. « Je suis en constante communication avec le leader du MMM. Il me tient au courant des discussions. Mais pour l’heure, je n’ai de contact ni avec le MSM, ni avec Sir Anerood Jugnauth. Mais trois Jugnauth sur une même plateforme pour sauver le pays n’est pas à écarter », déclare l’ancien ministre de la Santé de l’alliance MSM/MMM.

A une question de lexpress.mu, si un point de l’accord entre le MSM et le MMM stipule qu’Ashok Jugnauth doive dissoudre l’Union nationale et intégrer l’un des deux partis de l’alliance, celui-ci se lance dans un détour. « L’Union nationale  existe toujours. Ce n’est pas le moment de parler de cela.  Il faut attendre l’évolution des discussions entre les deux partis de l’opposition », souligne l’ancien député de la circonscription numéro 8.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires