Travail des enfants : professionnaliser les mineurs

Avec le soutien de

Miora Andrianarisoa, chargée de mission de la PFSCE, défend que ses actions sont concrètes. Plus de 500 adolescents et jeunes en difficulté bénéficieront d’une formation professionnelle. La lutte contre le travail des enfants ne connaît aucun avancement.

La lutte contre le travail des enfants par le travail des enfants. La Plateforme de la société civile pour l’enfance (PFSCE), en partenariat financier avec la province de Modena, Italie, et du volontaire du monde, Rezzio Terra Mundo (RTM), a lancé, mercredi 12 juin un projet en faveur des adolescents vulnérables. Un projet dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de lutte contre le travail des enfants, hier.
 
Le projet consiste à professionnaliser 515 ados déjà en activités, surtout ceux dans les pires formes du travail. Ces ados/jeunes, issus des 25 centres, associations et ONG membre de la plateforme, auraient bénéficié d’une formation sur l’alphabétisation, l’année dernière. Il s’agit, donc, de la continuité, mais professionnel. «Les bénéficiaires choisissent entre les filières entrepreneuriat, initiation à l’informatique, restauration, ouvrage bois et métallique, maçonnerie, artisanat, coupe et couture. Après un an, ils sont dotés de kit-matériel post-formation», explique Miora Andrianarisoa, chargée de mission de la PFSCE.
 
C’est sans doute la énième fois que l’on entend la réinsertion des jeunes après les pires formes de travail. La question se pose si le suivi qui en résulte est positif.
 
Sur ce projet, la plateforme est persuadée que ces bénéficiaires seront tous des professionnels, d’autant plus qu’ils ne sont pas obligés de le faire, mais que c’est de leur plein-gré d’apprendre.
 
Annalissa Mansutti, représentante du RTM, s’est montrée optimiste dans l’objectif de lutte contre le travail des enfants. «Ce projet est un pas pour l’abolition du travail des enfants», souligne-t-elle.
 
Le projet commencera à la rentrée scolaire de cette année. Depuis 2007, les statistiques indiquant le travail des enfants sont en hausse. Selon le Bureau international du travail, 1,873 millions d’enfants sont économiquement actifs. Adolphe Pilaza, directeur de la protection de la famille et de l’enfance au sein du ministère de la Population et des affaires sociales, croit en ce projet. Selon lui, la lutte contre la pire forme du travail des enfants est un travail de longue haleine, surtout que chacun des membres du comité interministériel a sa manière de procéder. 
 
Source L’Express de Madagascar
Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x