Transfert au sein de la police : Monvoisin passe de l’Ouest à l’Est

Avec le soutien de
Mercredi 2 octobre, l’ASP Monvoisin (au centre) a été affecté à un poste purement administratif alors qu’il gérait la Western Division de la CID.

Mercredi 2 octobre, l’ASP Monvoisin (au centre) a été affecté à un poste purement administratif alors qu’il gérait la Western Division de la CID.

C’est la saison des transferts au sein de la police. Reconnu comme l’un des meilleurs enquêteurs de la police criminelle, l’assistant surintendant Daniel Monvoisin a été éjecté, mercredi 2 octobre, du fauteuil de chef de la Criminal Investigation Division (CID) de la Western Division…

Il s’occupait de la zone qui s’étend de Quatre-Bornes et Rose-Hill pour finir à Rivière-Noire au sein de la Western Division du CID. Mais, mercredi 2 octobre, l’ASP Daniel Monvoisin a été prié par les Casernes centrales de reprendre l’uniforme pour agir comme Station Commander à la division Moka-Flacq.

Au sein des Casernes, l’on soupçonne que l’officier Monvoisin a été muté suivant l’affaire du meurtre de Stacy Henrisson datant de mai 2012. L’on soutient qu’il a bouclé le dossier de manière professionnelle grâce à la collecte de preuves scientifiques contre Jayraj Sookur, beau-père de la jeune fille mais que le chef enquêteur a été victime d’une petite querelle avec Central Criminal Investigation Department (CCID).

En fait, Jayraj Sookur, entendu par l’équipe des assistants commissaires de police Pregarsen Vuddamalay et Hemant Jangi, a allégué avoir été victime de brutalité pour avouer le meurtre de l’adolescente de 16 ans. Mis en présence de plusieurs preuves, il avait cependant reconnu avoir tué celle-ci pour mettre la main sur son héritage se chiffrant à plusieurs millions de roupies.

Le CCID n’avant rien trouvé à redire quant à cette plainte, l’ASP Monvoisin a bouclé son enquête et l’a envoyé au Directeur des poursuites publiques (DPP). Sans inclure les allégations de Jayraj Sookur. Dans les milieux, l’on soutient ainsi que c’est pour cette raison que la hiérarchie de la police aurait décidé d’envoyer l’enquêteur à un poste purement administratif.

En tout cas, ce n’est pas la première fois que Daniel Monvoisin fait face à ce genre de mutation. Chef de la Brigade des Jeux, alors intégrée à la Major Crimes Investigation Team (MCIT), il avait été envoyé à la Special Mobile Force (SMF) au retour des travaillistes au pouvoir. Il lui était reproché d’avoir arrêté un ancien député rouge, à Laventure, ainsi que des agents de l’alliance gouvernementale, dans le Nord, pour paris illégaux.

De la SMF à la Police du tourisme en passant par la force régulière et un détour au Darfour, au Soudan, pour le compte des Nations unies, Daniel Monvoisin avait atterri à la CID de la Western Division. Méthodique et très sévère à l’égard de ses équipes qui «fuitent» les détails d’une enquête à la presse, il a démontré avec le meurtre de Stacy Henrisson que l’on peut élucider un crime sans arracher des aveux au principal suspect au premier interrogatoire…

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires