Trail. Lux* Royal Raid 2013 : El Camino a la Felicidad

Avec le soutien de

Iker Karrera se désaltérant une trentaine de minutes après avoir remporté le 80km dans le temps record de 6h38’56.

Des records explosés, des champions jusqu’au-boutistes égaux à eux-mêmes. Les Espagnols Iker Karrera et Nerea Martinez, qui font partie des cinq meilleurs au monde en ultra trail, ont survolé dans la matinée et la première partie de l’après-midi de samedi l’épreuve principale de la huitième édition du Lux* Royal Raid longue de 80 km.

Le premier nommé s’est imposé en 6h38’56, ôtant 45 minutes à l’ancien record. Sa compatriote l’a emporté en 8h54’11, soit un gain de 24 minutes par rapport à l’ancien record féminin. Le premier trail international de la saison 2012 avait rendez-vous avec l’Histoire.

Les 182 inscrits au 80km sont partis de Casela, à Yémen, à 5 heures samedi matin. Ils ont traversé le Domaine de Yémen. Au sortir de ce parcours vallonné, ils ont emprunté un chemin de terre et de pierre long de 1 700 m puis 4 km de route asphaltée conduisant au parking des Gorges de la Rivière-Noire. Après un kilomètre de plat dans la forêt endémique et une montée de 6 km, le dénivelé atteint 500 mètres jusqu’à un plateau de 6,5 kilomètres très roulant faisant le tour du réservoir de Mare-Longue avant de mener à Jet Ranch. Les coureurs ont alors rejoint Pétrin avant d’entrer à nouveau par l’est dans le Parc National des Gorges de la Rivière-Noire. Au menu cette fois, un plateau relativement roulant sur 2,1 km puis une descente de 4 km et une nouvelle entrée dans les Gorges sur terrain humide. Changement de rythme avec l’ascension mythique du Parakeet, montée de 5 km avec 600 m de dénivelé menant à Plaine-Champagne, à 720 m d’altitude. Puis, ce fut le sentier de Watook et 8 km de descente aisée au milieu de la forêt jusqu’au Domaine de Bel Ombre. La dernière partie était composée de chemins de terre au milieu des champs de canne et 600 m d’asphalte jusqu’à l’arrivée à l’hôtel Tamassa.

Iker Karrera, 36 ans, a été le premier à rallier cette ligne fatidique peu avant 11h40 dans le temps record de 6h38’56. Il a explosé l’ancien chrono qui était la référence et qui appartenait au Réunionnais Franck Duhaupas à l’issue de sa victoire l’année dernière en 7h24’26. «J’ai couru en compagnie de Jannick Sery durant les premiers kilomètres. L’allure était très rapide. A la seconde bosse (NdlR : dans le domaine de Yemen), il n’était plus en mesure de me suivre. J’ai continué à accélérer. Quand j’ai atteint le point culminant (NdlR : le sommet de Parakeet), je l’ai vu et j’ai pressé le pas davantage. Dans le dernier kilomètre, j’ai accéléré encore et j’ai remporté la victoire», confie le coureur de l’extrême.

Même s’il craignait les effets de la chaleur, la température ne l’a pas affecté outre mesure samedi. «J’ai souffert de la chaleur uniquement durant le dernier kilomètre dans les champs de canne. Il faisait alors plus chaud. Dans les autres parties de la course, je n’ai pas souffert de la chaleur. Nous étions souvent à l’ombre. C’est une bonne expérience, une course agréable. Un retour éventuel l’année prochaine ? Tout dépendra du Team Salomon», ajoute-t-il.


Le podium a été complété par les Réunionnais Jannick Sery, deuxième en 7h06.04, et Didier Mussard, troisième en 7h08.58. Sery, 30 ans, originaire du Tampon, trailer depuis l’âge de 20 ans, avait remporté le 35km lors de la première édition du Royal Raid en 2006. Sa deuxième participation s’est soldée par une deuxième place. «Comme ils invitent les gagnants chaque année, ils m’ont invité à faire le 80km cette année. C’est une superbe course, le temps était beau. Je fais généralement un ou deux trails longs par an, pas plus. Je connaissais la dernière partie du 35km, je ne connaissais pas la première partie du 80km. C’est un beau parcours, une belle découverte», souligne-t-il.

Brin de causette entre Yan de Maroussem, sixième du 80km et deuxième Mauricien, son épouse Dace, son père Jean et Vishal Ittoo, vainqueur du 35km.

«C’étaient des gazelles»

L’Espagnol, ajoute-t-il, a été un soliste hors-pair. «Nous avons fait une dizaine de kilomètres ensemble et puis Iker s’est retrouvé seul devant. Nous étions trois derrière : Didier Mussard, Franck Duhaupas et moi. Nous avons couru ensemble jusqu’à Jet Ranch puis j’ai décalé avec Didier dans la descente vers Rivière-Noire. Vers Parakeet, j’ai fait la différence dans la montée, comme j’aime bien grimper», raconte-t-il. Iker Karrera a été fidèle à sa réputation et à son statut selon le Tamponnais : «Il fait partie du Team Salomon International. Nous faisons partie du Team Salomon Réunion. Nous avons seulement le matériel, pas de coaching. C’est vrai que c’est un beau personnage qui relève la course. Même nous, nous avons fait mieux que 7h24. La concurrence fait évoluer les temps, c’est de mieux en mieux. C’est la loi du sport.»

Franck Duhaupas, quatrième en 7h20’51, vainqueur des éditions 2011 et 2012, a souffert cette année. «Je n’avais pas les jambes pour suivre. J’ai dû battre mon temps de 2012. Ça a été très dur. Les jambes ont tiré, surtout sur la fin, j’ai eu du mal à finir. Je suis content d’être arrivé au bout. Devant, ils avaient vraiment les jambes, c’étaient des gazelles, je n’avais pas de jambes pour les suivre. Je faisais partie des quatre premiers jusqu’à la première montée dans la Rivière-Noire, avec Didier et Yannick. Iker avait trois minutes d’avance. J’étais un peu cassé dans la montée, il fallait récupérer, je n’avais pas les jambes pour avancer», affirme-t-il.

Le météore Iker Karrera avait durci le ton. «C’est un coureur hors normes. On ne peut pas rivaliser avec ces gens-là. Il a des capacités énormes, un peu comme Kilian (NdlR : Jornet). Je suis assez content pour Didier», déclare Franck Duhaupas qui lorgne déjà l’édition 2013 du Grand Raid de La Réunion.

Simon Desvaux de Marigny est le premier Mauricien à avoir terminé l’épreuve principale. Il a pris la cinquième place en 7h30’26, nouveau record personnel. «Je ne m’y attendais pas. Je n’ai pas eu beaucoup d’entraînement depuis décembre en raison d’une blessure. Je manquais de compétition. Au km 50, j’ai ressenti une grosse contracture à la cuisse gauche. J’ai eu à gérer un peu sur le plan de la vitesse. La douleur ne s’est pas aggravée, j’ai pu continuer. J’améliore mon temps de 20 minutes», se réjouit-il.

Trois autres Mauriciens figurent dans le Top 10 : Yan de Maroussem, sixième en 7h59’43, Jeni Smith, septième en 8h18’29, et Nicolas Pilot, dixième en 8h47’10. Yan de Maroussem, le Monsieur Trail mauricien, retrouvait le format long sept ans après avoir couru le 90km lors de la première édition en 2006. «C’est une super organisation. Il ne faisait pas trop chaud, cela m’a permis d’avancer à vitesse constante. Je suis parti prudemment afin de bien vivre la course. Xavier Verny avait préparé mon programme d’entraînement. La chrononutrition me permet d’effectuer une charge de travail importante à l’entraînement et de bien gérer. Grâce à l’expérience, je maîtrise mon effort. J’étais en compagnie d’Iker, de Sery, Mussard, Duhaupas et de Simon durant les deux premiers kilomètres. Mais ils allaient trop vite. J’ai géré mon effort. Je n’ai pas le même niveau. J’ai dépassé Jeni dans Zépol. Nous avons fait un bon bout de chemin ensemble», relate-t-il.

La physiothérapeute Carol Cartwright prenant soin des muscles fatigués de Simon Desvaux, cinquième coureur et premier Mauricien à avoir franchi la ligne d’arrivée du 80km.

Vivre le moment présent

Yan de Maroussem est surtout heureux d’avoir couru tout en appréciant chaque seconde de sa course. «Je suis super content. Je me sens bien à l’arrivée. Je n’ai pas subi la course. Je me suis amusé sur le parcours. J’ai adopté la bonne attitude. J’ai vécu le moment présent, avec le sourire. J’ai eu droit à un magnifique lever du jour à Yémen. 200 cerfs couraient parallèlement à moi. Ils ont encore du duvet sur les cornes à cette époque de l’année. Il ne faisait pas chaud dans les Gorges, le parcours était relativement sec», précise-t-il.

Lui aussi est admiratif devant le nouveau record réalisé par Iker Karrera. «Il a explosé le record. C’est spectaculaire ! On s’y attendait un peu. Il ne faisait pas très chaud. Pascal Blanc disait qu’Iker aime bien quand c’est assez roulant. Il a pu bien s’exprimer. A part Fil, Zépol (avant Jet Ranch) et Parakeet, où on marche, ailleurs, on court», remarque-t-il.

Jeni Smith, septième en 8h18’29, et troisième Mauricien, a gagné son pari : terminer son premier 80km dans le Top 10. «Ça s’est bien passé. C’était mon premier 80km. Je n’ai pas eu de pépins. J’avais eu une défaillance l’année dernière lors du Dodo Trail. Aujourd’hui (NdlR : samedi), j’ai contrôlé. Je suis satisfait de mon temps. Mon objectif était de finir parmi les dix premiers, je suis super content», confiait-il.


Le dernier Mauricien à avoir intégré ce Top 10 prestigieux se nomme Nicolas Pilot. Dixième en 8h47’10 et quatrième Mauricien, il observe, la voix brisée par l’émotion : «C’est une énorme satisfaction. J’ai vraiment galéré. J’ai souffert de crampes à partir de 7 heures du matin, je ne sais pas pourquoi. Sans ça, c’aurait été bien. J’ai vraiment lutté pour arriver à Bel Ombre. Je remercie ma femme et mes enfants. C’est mon deuxième 80km, j’améliore mon temps d’une heure et 20 minutes. C’est énorme, je suis vraiment content.»


En féminin, l’Espagnole Nerea Martinez, 40 ans, l’a emporté en solitaire en 8h54.11. Elle a aussi pulvérisé l’ancien record féminin qui était la propriété de la Réunionnaise Marie-Noëlle Bourgeois depuis l’année dernière en 9h19’06. Si son compatriote Iker Karrera n’avait pas souffert outre mesure de cet effort extrême, Nerea Martinez, par contre, a franchi la ligne d’arrivée épuisée, écrasée par la chaleur. Il lui a fallu une bonne quinzaine de minutes pour reprendre son souffle et retrouver le sourire. Il faut souligner qu’elle a réussi l’exploit de prendre la douzième place au scratch.


«Ça a été horrible. A partir du km 50, j’ai souffert de la chaleur. C’est différent du Grand Raid, la chaleur est horrible. La semaine dernière je courais encore sous la neige à Madrid où j’habite. Iker est bien arrivé ! C’est super ! Les premiers 50 km, ça a été. C’était moins horrible que ce que je redoutais. Après j’ai souffert de la chaleur. Le dernier kilomètre était horrible. Je ne savais pas si l’autre fille était derrière. J’ai essayé de courir, je n’allais pas très vite. J’ai occupé la tête du début à la fin. C’est un joli parcours, j’ai bien aimé. On a eu une semaine pour s’adapter. Ce n’est pas suffisant, surtout à cette heure du jour. Le soleil nous est tombé dessus. J’ai amélioré le record de l’épreuve de 23 minutes, je suis satisfaite. Je ne m’attendais pas à ça», dira-t-elle après s’être sentie vraiment mal à l’arrivée.


Le Royal Raid est devenu un rendez-vous incontournable du calendrier trail de la région. La présence des Espagnols Iker Karrera et Nerea Martinez lui a donné une stature mondiale cette année. Frédéric Robert, directeur d’Incentive Partners, coorganisateur du Royal Raid, dresse un bilan positif de l’événement. «Je dois remercier Laurent Allard, de Salomon Réunion, qui soutient le Royal Raid depuis le début. C’est grâce à lui que tous ces champions sont ici. 50% des participants viennent de La Réunion. Le temps était superbe, cela a contribué au succès. A ce rythme, l’année prochaine il y aura plus d’étrangers que de Mauriciens au départ. C’est super pour Maurice !»

Nerea Martinez a rallié l’arrivée écrasée par la chaleur. Elle retrouve le sourire après s’être reposée pendant une bonne quinzaine de minutes. Elle s’est imposée sur 80 km dans le temps record de 8h54’11. 

* El Camino a la Felicidad : Le chemin du bonheur

Hors-texte

35 km : Vishal Ittoo facilement

Le format court de 35 km a été également à la hauteur de l’événement. Vishal Ittoo a signé une victoire facile en 2h34.23 au terme d’une course en solitaire. En féminin, la victoire est revenue à la Réunionnaise Fatima Hibon en 3h14.51.

«J’ai eu une course bien facile, tranquille. J’ai couru seul en tête de bout en bout. J’ai fait ma course. Les conditions étaient bonnes. Je ne me suis pas trop dépensé en prévision du Trail du Colorado à La Réunion le 16 juin (NdlR : 39 km). Je n’ai pas pris part au 80km en raison du Trail du Colorado justement. Ce sera ma première participation», déclare Vishal Ittoo qui avait participé à la Boucle du Bassin Vital à La Réunion (22 km) le 7 avril et pris la quatrième place derrière Juanito Lebon, Eddy Narayana et Jean-Louis Robert en 1h54.


Philippe Lahausse de la Louvière, premier vétéran sur 35 kilomètres et sixième au scratch en 3h03.08, constate avec joie à quel point le Royal Raid séduit. «C’est super ! C’est un parcours original ! Tout le monde connaît le petit parcours (NdlR : le Gecko Raid), sur 35 km, il y avait plus de participants que sur le Gecko. Le Royal Raid est ancré dans l’esprit des Mauriciens, c’est une course populaire, une belle compétition. Les Mauriciens commencent à s’entraîner mieux. L’élite du circuit local s’oriente vers l’ultra. Il y en avait trois ou quatre sur 35 km, la plupart des concurrents étaient sur 80 km. C’est encourageant pour l’ultra. J’attends avec impatience l’Extreme Dodo Trail (NdlR : 7 juillet)», confie-t-il.


Le Trail des Goyaves, couru en avril dernier, a été un bon tremplin vers le Royal Raid. «Le Trail des Goyaves a été un bon entraînement pour le Royal Raid 35 et 80 km. Tatiana Bathfield a aussi battu son temps. Le Trail des Goyaves est court et technique. Il permet de gagner entre 15 et 30 minutes», soutient Philippe Lahausse de la Louvière et s’intègre parfaitement dans la préparation du premier rendez-vous international de la saison 2013.

Les résultats

Masculin

80 km

Scratch

Iker Karrera (Esp) 6h38.56
Jannick Sery (Réu) 7h06.04
Didier Mussard (Réu) 7h08.58
Franck Duhaupas (Réu) 7h20.51
Simon Desvaux de Marigny (Mri) 7h30.26
Yan de Maroussem (Mri) 7h59.43
Jenifer Smith (Mri) 8h18.29
Michaël Chamand (Réu) 8h28.26
Yanis Admete (Réu) 8h34.14
Nicolas Pilot (Mri) 8h47.10

Seniors

Iker Karrera (Esp) 6h38.56
Jannick Sery (Réu) 7h06.04
Didier Mussard (Réu) 7h08.58

Vétérans 1

Franck Duhaupas (Réu) 7h20.51
Yan de Maroussem (Mri) 7h59.43
Yanis Admete (Réu) 8h34.14


Féminin

Scratch

Nerea Martinez (Esp) 8h54.11
Hortense Bègue (Réu) 10h14.35
Régine Guibert (Mri) 10h37.50
Cécile Barateau (Réu) 11h03.27
Myrielle Hoareau (Réu) 11h09.43
Myriam Prot (Réu) 11h38.35
Elodie Lhermite (Réu) 12h20.14
Martine Dellier (Mri) 12h28.33
Valérie Gérard (Mri) 12h30.08
Caroline Herrerias (Réu) 13h54.58

Seniors

1.  Nerea Martinez (Esp) 8h54.11
Hortense Bègue (Réu) 10h14.35
Régine Guibert (Mri) 10h37.50

Vétérans 1

1. Cécile Barateau (Réu) 11h03.27
Myrielle Hoareau (Réu) 11h09.43
Myriam Prot (Réu) 11h38.35

Vétérans 2


1. Martine Dellier (Mri) 12h28.33


35 km

Masculin

Scratch

Vishal Ittoo (Mri) 2h34.23
Didier Baret (Réu) 2h45.59
Chundy Rishi (Mri) 2h55.08

Seniors

1.   Vishal Ittoo (Mri) 2h34.23
Didier Baret (Réu) 2h45.59
Chundy Rishi (Mri) 2h55.08

Vétérans 1

David Elizéon (Réu) 2h57.36
Fabrice Di Paola (Réu) 3h12.34
Antoine Odon (Réu) 3h12.57

Vétérans 2

Philippe Lahausse de la Louvière (Mri) 3h03.08
Karim Hugli (Mri) 3h11.46
Roger Anicet Joseph (Réu) 3h32.42

Vétérans 3

Christian Jobert (Réu) 3h45.21
Marius Roland Thamon (Fra) 4h20.38
Jacky Turpin (Réu) 4h35.27

Vétérans 4

1. Christian Moaligou (Fra) 5h11.27

Féminin

Scratch

1. Fatima Hibon (Réu) 3h14.51
2. Tatiana Bathfield (Mri) 3h41.05
3. Cristina Murgia (Ita) 3h46.07

Seniors

1. Fatima Hibon (Réu) 3h14.51
2. Tatiana Bathfield (Mri) 3h41.05
3. Clarina Tuyau (Mri) 3h52.23

Vétérans 1

Cristina Murgia (Ita) 3h46.07
Annarosa Mongera (Ita) 3h46.09
Isabelle Dupont (Mri) 3h47.53

Vétérans 2

Patricia Doger de Spéville (Mri) 4h07.53
Joëlle Fabien (Réu) 4h23.07
Marie Sabine Blasig (Réu) 4h24.39

15 km

Masculin

Scratch et seniors

Xavier Verny (Mri) 52.00
Vikash Narain (Mri) 53.42
Jean-Michel Louis 56.05

Poussins

Paul Bathurst 2h21.44

Minimes

Mathias Mongelard 1h08.25
Subhalm Ujoodha 1h12.24
Matthieu Azeer 1h20.59

Cadets

Dimitri Poisson 1h02.10
Théo Isambourg 1h04.30
Mathias Lagesse 1h07.05

Juniors

Jean-Michel Boribon 1h13.51

Vétérans 1

Richard Catherine 1h06.09
Deam Ditjacques 1h14.38
Tanajee Bappoo 1h16.08

Vétérans 2

Neizam Hemmath 1h04.30
Anandrow Lukea 1h10.14
Michael Chan Lam 1h24.47

Vétérans 3

Jean-Paul Descelles 1h55.36
Colin Richard Potonie 2h05.37
Jean Boutin 2h31.50

Féminin

Scratch

Marie Perrier (Mri) 1h20.51
Eve Isambourg 1h22.13
Catherine Isambourg 1h24.13

Benjamines

Jill Bathurst 2h20.58

Minimes

Eve Isambourg 1h22.13
Sarah Gwenaëlle Staub 1h52.44
Naomi Bestel 2h10.09

Cadettes

Sophie Jaques 1h44.12
Gaëlle Séblin 1h45.35
Eloïse Staub 2h10.07

Juniors

Marie Perrier 1h20.51
Alice Lefeuvre 1h50.06
Angie Picton 2h38.49

Seniors

Jennifer Kathy Veeraragoo 1h31.02
Sandhya Dunputh 1h35.13
Cécile Park 1h38.57  

Vétérans 1

Catherine Isambourg 1h24.13
Nadia Bourechak 1h36.48
Géraldine Hill 1h37.01

Vétérans 2

Véronique Yee Chuin Koon 1h34.40
Gill Lahausse de la Louvière 1h44.28
Patricia Némorin 2h00.07

Vétérans 3

1. Frances Rozar 2h36.19

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires