Trafic de Bois de rose : L’opposition s’intéresse à l’engagement de la Banque mondiale

Avec le soutien de

Une nouvelle question parlementaire sera adressée, le mardi 26 juin 2012, au ministre des Finances sur le trafic de Bois de rose de Madagascar. Pravind Jugnauth souhaite connaître les détails de l’enquête que mènera la Banque mondiale sur ce trafic.

C’est le ministre des Finances lui-même qui avait sollicité la Banque mondiale (BM) pour une enquête sur le trafic de Bois de rose entre Madagascar et l’Asie du sud-est via le port franc mauricien. A l’Assemblée nationale, le mardi 26 juin 2012, Xavier Duval sera appelé à fournir des précisions sur l’enquête que mènera l’institution financière. Il devra répondre à une question du leader du Mouvement Socialiste Militant (MSM) en ce sens.

Pravind Jugnauth lui demandera de révéler les détails de l’engagement pris par la BM. Il veut, entre autres, connaître les objectifs de l’enquête. Cette affaire qui a pris une tournure politique avec des allégations visant à la fois des membres du gouvernement et ceux de l’opposition. Ce sont surtout les dirigeants du MSM et du Parti Mauricien Social Démocrate (PMSD) qui s’accusent mutuellement d’être impliqués dans ce trafic.

L’initiative du Grand argentier de faire appel à la BM fait suite à deux questions parlementaires en date du 15 et 22 mai 2012. Le 15 mai, la Deputy Chief Whip, Stéphanie Anquetil, avait interpellé le Premier ministre, Navin Ramgoolam. Elle recherchait des informations sur l’enquête policière initiée sur la saisie de six conteneurs de Bois de rose à Port-Louis en provenance de Madagascar, le 11 juin 2011. Une semaine après, soit le 22 mai dernier, c’était au tour du leader de l’opposition, Paul Bérenger, de s’intéresser à ce dossier.

Quelques jours plus tard, soit le 25 mai le Conseil des ministres devait prendre connaissance de la décision de Xavier Duval de faire appel à la BM. L’objectif était, selon le communiqué du conseil des ministres, l’identification de ceux impliqués dans le trafic de bois de rose à Madagascar et à Maurice.

Toutefois, l’institution internationale n’a émis aucune communication à ce jour sur son implication dans cette affaire. Quant à Pravind Jugnauth, il avait dès le départ exprimé ses doutes sur les compétences de la BM en matière d’investigation criminelle.

Lors des deux précédentes questions parlementaires liées au trafic de Bois de rose le speaker avait eu pas mal de difficultés à maintenir l’ordre au sein de l’hémicycle. Un nouvel affrontement verbal entre le MSM et le PMSD est à prévoir à l’Assemblée nationale, le mardi 26 juin 2012.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires