Trafic d’armes : Bérenger veut une Commission d’enquête et la tête de Shakeel Mohamed

Avec le soutien de

Le chef de l’opposition estime qu’une Commission d’enquête présidée par un ancien juge du Commonwealth permettra de faire la lumière sur le projet allégué d’Island Air Systems de monter une société de charters à Maurice afin de s’engager dans le trafic d’armes au niveau international. Il réclame également la démission du ministre du Travail dont le nom a été mentionné dans l’enquête de l’organisation Conflict Awareness Project.


Paul Bérenger sort l’artillerie lourde. En réaction à la publication d’un rapport de l’organisation américaine Conflict Awareness Project à l’effet que deux lieutenants d’un ancien trafiquant d’armes international ont tenté de violer des conventions des Nations-Unies pour mener leurs transactions à partir de Maurice, il réclame la mise sur pied d’une Commission d’enquête.

Le leader du Mouvement militant mauricien (MMM) animait une conférence de presse dans la capitale ce samedi 21 juillet 2012 à cet effet. Il a soutenu qu’une Commission d’enquête est mieux indiquée dans cette affaire, la police mauricienne ayant failli à signaler aux autorités compétentes que les deux promoteurs russes étaient fichés aux Etats-Unis pour leurs liens avec Viktor Bout, un trafiquant d’armes notoire condamné à 25 ans de prison par la justice américaine en avril dernier.

Pour Paul Bérenger, nul autre qu’un ancien juge du Commonwealth doit présider cette Commission d’enquête afin qu’il puisse cerner toutes les ramifications. Il estime également que le ministre du Travail, Shakeel Mohamed, doit soumettre sa démission du gouvernement, son nom ayant été cité dans l’enquête de Conflict Awareness Project.

Selon cette enquête, les Russes Sergei Denisenko et Andrei Kosolapov ont monté une société à Maurice, Island Air Systems, dans l’espoir d’obtenir un « Air Operation Certificate » pour des vols charter dans la région indo océanique. Ces hommes auraient utilisé des prête-noms pour mener leur projet à bon port et le Chief Executive Officer de la société n’est autre que le frère de Shakeel Mohamed, Zakir, alors que le conseiller légal est Yousuf Mohamed, leur père.

Paul Bérenger prend ainsi à contre-pied les déclarations de Me Yousuf Mohamed quant aux compétences de l’enquêtrice en chef de Conflict Awareness Project. Kathi Lynn Austin, rappelle-t-il, « n’est pas n’importe qui ». Elle a déjà enquêté pour le compte des Nations-Unies sur les trafics d’armes durant ces deux dernières décennies dans des zones de conflits.

« On verra bien ce que le Premier ministre va faire. Shakeel Mohamed aurait déjà dû soumettre sa démission. Ce, en attendant que toute la lumière soit faite autour de cette affaire. Beaucoup de tort a été fait à l’image et à la réputation de Maurice en tant que centre financier, il fait rectifier le tir », a insisté le leader du MMM.

Joint par lexpress.mu, Shakeel Mohamed déplore que son nom ait été mentionné dans ce rapport. Il déclare que Kathi Lynn Austin ne l’a jamais approché pour savoir quel rôle il aurait joué dans ce projet.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires