Tourisme : les Iles Vanille veulent conquérir de nouveaux marchés

Avec le soutien de
Pascal Viroleau, directeur de l’Ile de la Réunion Tourisme (IRT), vient de participer à&nbsp un roadshow de 5 jours en Chine en compagnie&nbsp d’une délégation mauricienne et malgache, dans le cadre du projet&nbsp "Iles Vanille".&nbsp Il répond aux questions de notre confrère du Journal de l’île de la Réunion (JIR). Extraits.

Pascal Viroleau (PHOTO) rappelle que&nbsp la&nbsp Chine est le marché émetteur majeur de demain (60 millions de Chinois ont voyagé en 2010, ndlr). Les îles&nbsp de l’océan Indien espèrent donc&nbsp « mettre en place plusieurs combinés d’ici quelques temps ». Et en octobre prochain, elles auront&nbsp un stand commun pour l’ITB Asia (salon international du tourisme) à Singapour.
Les Iles Vanille est un concept marketing&nbsp qui regroupe Madagascar, Mayotte, les Seychelles, Maurice, les Comores et la Réunion, et qui a pour but de mieux positionner l’océan Indien au niveau international, d’augmenter la notoriété de la zone et donc le tourisme. « Pour cela, nous avons déterminé plusieurs actions au fil des quatre rencontres que nous avons eues entre directeurs d’offices de tourisme. Pour le moment, nous avons des budgets séparés pour chaque île, mais une demande de financement commun est en cours auprès de la Commission de l’océan Indien. Cela permettra de financer un logo et une campagne promotionnelle entre autres »,&nbsp explique Pascat Viroleau.

« Nous avons abandonné l’idée d’un circuit général regroupant toutes les îles. Pour un touriste, il n’est pas pensable de visiter les 6 îles en un séjour. Ça ne sert donc à rien de vouloir tout vendre en même temps. Du coup, nous avons choisi de travailler des actions bilatérales qui ont abouti à la création des combinés : Maurice-Réunion, Réunion-Madagascar, Madagascar-Seychelles, Maurice-Seychelles, Seychelles-Réunion et Maurice-Madagascar », poursuit le responsable de l’IRT.

Quels sont les nouveaux marchés visés ? « L’Allemagne est un des gros défis pour La Réunion, car c’est un marché prometteur. Les combinés ont intéressé les professionnels présents à l’ITB, nous avons eu de bons retours. L’Angleterre est aussi un marché qui nous intéresse. Le 31 mai, un dîner est d’ailleurs organisé à Londres avec des médias locaux et les principaux tours-opérateurs britanniques. Le but est de démarrer l’inscription des Iles Vanille dans les brochures donc les ventes de séjours. Concernant l’Italie, le combiné Réunion-Maurice est d’ores et déjà en vente via le tour-opérateur Kuoni au prix de 1290 euros (le séjour est vendu sous le titre "Réunion e Mauritius, Isole della Vaniglia", ndlr), précise l’invité du JIR.

En ce qui concerne la cherté des billets d’avion sur la zone, en particulier sur la Réunion, M.Viroleau&nbsp annonce&nbsp une rencontre avec les compagnies aériennes de la zone qui aura lieu&nbsp à Maurice début juin : « L’objectif est de mettre en place des partenariats pour augmenter les liaisons inter-îles et peut-être de baisser le prix des billets ».

Pascal Viroleau déclare par ailleurs que la Réunion vise 450 000 touristes cette année (420 300 en 2010). « Nous ne voulons pas faire de la Réunion une destination du tourisme de masse ou une destination à bas prix. Il faut que nous restions sur un tourisme de qualité avec une offre d’hébergements variés. Au vu des derniers chiffres, le tourisme d’agrément augmente ce qui veut dire que la Réunion est devenue plus attractive. C’est important que ce tourisme continue de progresser car c’est celui qui engendre le plus de retombées économiques », conclut-il.

Emilie Marty/Le Journal de l’île de la Réunion, 23 mai 2011.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires