Tourisme à La Réunion : l’IRT veut conquérir la Chine

Avec le soutien de

Depuis dimanche et jusqu’à vendredi, l’IRT (Ile de la Réunion Tourisme) va tenter de mettre la Chine aux couleurs de la Réunion.

Une délégation de l’IRT se rend effet à&nbsp Shangai et à Pékin pour un roadshow&nbsp important. Elle est&nbsp accompagnée d’une délégation mauricienne, notamment de la compagnie aérienne Air Mauritius. But de l’opération : vanter les fameuses « Iles Vanille », lancées en août dernier avec Maurice, Madagascar, les Seychelles, les Comores et Mayotte.

Après avoir reçu plusieurs groupes de médias et de tours-opérateurs chinois dans des éductours communs fin 2010 et en début d’année, la Réunion et Maurice espèrent donner envie aux professionnels du tourisme d’acheter des combinés et de les mettre en place dans leurs prochaines brochures.


Une étape importante pour les deux îles car la Chine est un des marchés les plus importants avec plus de 500 millions de touristes potentiels. En octobre, nouvelle démarche commune en Asie, à Singapour cette fois pour le salon international du tourisme (ITB Asia).


Reste que les touristes chinois sont très exigeants sur la qualité des hébergements et qu’ils recherchent avant tout des hôtels quatre étoiles et plus, pour le moment au nombre de 6 à la Réunion. Des formations à l’anglais sont prévues dans les semaines à venir pour les propriétaires de gîte, histoire de pouvoir accueillir les touristes étrangers dans les meilleures conditions.


Pour rappel : la Réunion a accueilli&nbsp 420 300 touristes en 2010. Traditionnellement majoritaire, le tourisme affinitaire a connu une érosion significative l’an dernier (-11,2%) au profit du tourisme d’agrément qui a enregistré une progression notable (+13,4%).


Résultat : un&nbsp touriste sur deux à la Réunion vient pour des raisons familiales tandis qu’un touriste sur quatre vient pour découvrir l’île. Le tourisme d’affaires concerne environ un touriste sur 10. Cette évolution profite aux professionnels du tourisme et à l’économie réunionnaise plus largement, car ce sont les touristes d’agrément qui dépensent le plus lors de leur séjour. Notamment&nbsp l’hébergement&nbsp (328 euros par ménage,&nbsp la restauration (274 euros), la location de voiture (220 euros) et l’achat de souvenirs (171 euros).


En moyenne, un touriste a dépensé 49 euros par jour l’an dernier, ce qui représente 1 248 euros par ménage. Au total, le tourisme a engendré 296,3 millions d’euros en 2010. Un résultat un peu en recul par rapport à 2009 (-3,1%) qui pourrait s’expliquer par le fait que les séjours se raccourcissent (14,6 jours en 2010 contre 16,3 jours en 2009).


Dans le même temps, les statistiques de l’Insee relèvent que plus 566 000 Réunionnais avaient quitté le département en 2010, soit 25% de plus qu’en 2009.

Source : Le Journal de l’île de la Réunion.


De nouveaux marchés à conquérir

Comme chaque année, les premier et quatrième trimestres ont été les meilleurs, avec respectivement une fréquentation en hausse de +15,2% et +2,9%. La fin de l’année reste la saison favorite des touristes qui viennent pour 32% d’entre eux à ce moment-là. Avril, mai et juin sont les mois les moins dynamiques avec des fréquentations en recul de plus de 10%. “Notre but est d’arriver à lisser cette saisonnalité marquée. Pour cela, nous avons avancé nos dates de campagnes de communication en métropole et en Europe. D’habitude lancées en avril, nous les avons débutées dès le mois de février”, souligne Pascal Viroleau. Autre point à noter : Internet a pris une place prépondérante dans la réservation de séjours. Billets d’avion, hôtel ou loisirs, le web représente plus d’un achat tourisme sur deux. Sans surprise, 82,3% des touristes viennent de métropole (346 200). Second marché émetteur, l’Union européenne représente 4,3% des arrivées (18 400). Maurice arrive juste derrière avec 4% des visiteurs. L’île sœur et l’Europe ont connu de belles progressions en un an (environ 10%). “La France, la Belgique et la Suisse francophone restent nos marchés prioritaires. Mais nous faisons aussi un gros travail sur l’Allemagne et l’Autriche, voire l’Europe du Nord en général, car ce sont des pays demandeurs de montagne et de randonnées”, note Pascal Viroleau. “D’une manière générale, nous avons axé nos efforts sur les pays disposant d’une ligne aérienne vers notre île et non soumis au problème des visas. Nous travaillons aussi avec la préfecture pour alléger les procédures pour les touristes venant d’Australie et d’Afrique du Sud.” À moyen terme, tout comme Maurice, la Réunion entend bien profiter du boom du tourisme en Asie, particulièrement en Chine où les deux îles ont été communiquées fin 2010. Reste que les touristes chinois sont très exigeants sur la qualité des hébergements et qu’ils recherchent avant tout des hôtels quatre étoiles et plus, pour le moment au nombre de 6 sur l’île. Des formations à l’anglais sont prévues dans les semaines à venir pour les propriétaires de gîte, histoire de pouvoir accueillir les touristes étrangers dans les meilleures conditions.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires