Ti-Vegas: le casino qui embarrasse aussi bien le gouvernement que l’opposition MMM

Avec le soutien de

L’affaire du casino Ti-Vegas de Quatre-Bornes déchaîne toujours les passions et délie les langues des politiques.

D’un côté, le Mouvement Militant Mauricien (MMM) qui veut que le casino cesse d’opérer et, de l’autre, certains au gouvernement qui feraient tout pour que cela n’arrive pas. A qui profite cette situation?

Le ministre des Finances, lors d’un point de presse le samedi 15 août, a voulu clarifier la situation et répondre à ses détracteurs, plus précisément à Vishnu Lutchmeenaraidoo de la commission économique du MMM. «Il ne faut pas oublier que c’est le gouvernement MMM/Mouvement Socialiste Mauricien (MSM) qui a donné le permis d’opération de Ti-Vegas à la veille des élections générales de 2005», précise, en ce sens, Rama Sithanen.

Le MMM semble avoir oublié ce petit détail. Alors que Vishnu Lutchmeenaraidoo a aussi décrit le casino Ti-Vegas comme étant un nid de «trafiquants de drogues et de prostitués» qui empêche les habitants de Quatre-Bornes de vivre en paix. Il dénonce également l’inertie du gouvernement dans cette affaire. Selon lui, le ministre des Finances aurait tous les pouvoirs pour fermer ce casino. «Il peut fermer le casino dans les 24h s’il le voulait», avait déclaré Vishnu Lutchmeenaraidoo lors d’un point de presse.

Pour Lutchmeenaraidoo, ce gouvernement aurait fait de Maurice une nation «zougader» en octroyant des permis pour l’ouverture des casinos et de bureaux de paris. Or, Rama Sithanen juge ces accusations comme étant «lâches.» «Outre celui de Ti-Vegas, le gouvernement MMM/MSM a donné des lettres d’intention à six maisons de jeux toujours avant les élections générales de 2005», avance Rama Sithanen.

Mais, c’est aussi un fait que c’est l’Alliance sociale qui est désormais au pouvoir. C’est elle qui détient les leviers du pouvoir et est la seule habilitée à prendre les décisions qui s’imposent. Pour l’instant, le gouvernement souffle le chaud et le froid sur ce dossier, s’en remettant à des mécanismes décisionnels qui ne sont pas de son ressort. «L’affaire est en Cour et nous ne pouvons pas intervenir à ce stade», explique Rama Sithanen, à cet effet.

Entre-temps, les mauvaises langues ne se privent pas à faire circuler maintes rumeurs. Comme le fait que les propriétaires du casino auraient des amis très influents au sein du gouvernement actuel.
Une certitude dans cette affaire: que ce soit pour le gouvernement et l’opposition, l’argent n’a pas de couleur politique et les décisions prises respirent souvent une visée électoraliste…

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires