Tennis/US Open. Serena et Mouratoglou, les deux font la paire

Avec le soutien de

C’est peut-être le ‘success story’ de l’année. La collaboration entre la championne américaine Serena Williams et l''''entraîneur français Patrick Mouratoglou cartonne depuis trois mois. En effet, sous la direction du Français, l’Américaine rafle tout sur son passage.

29 mai 2012: l''Américaine prend un vilain coup au moral avec son élimination au 1er tour à Roland-Garros face à la Française Virginie Razzano, alors 111e mondiale.

A 30 ans et après un an d''absence entre juillet 2010 et juin 2011 à cause d''une blessure sérieuse et d''un grave problème de santé, Williams n''est pas revenue sur le circuit pour faire de la figuration. Elle a la certitude qu''elle peut à nouveau imposer sa loi sur le tennis féminin, comme à la belle époque.

Il se produit alors un petit évènement: elle demande de l''aide à l''extérieur de son cercle familial, à un entraîneur français de surcroît, elle qui a rarement sollicité les conseils d''une autre personne que son père Richard.

Patrick Mouratoglou, 42 ans, créateur en 1996 du centre d''entraînement éponyme à Thiverval-Grignon (Yvelines), s''est forgé une réputation en guidant les premiers pas du Chypriote Marcos Baghdatis, de la Russe Anastasia Pavlyuchenkova et aujourd''hui du prometteur Bulgare Grigor Dimitrov.

A croire que sa passion pour le jeu, son expertise et son éthique du travail ont été contagieuses puisque Serena a vite repris le chemin de la réussite, avec un 14e titre du Grand Chelem à Wimbledon, un trophée à Stanford et la médaille d''or aux jeux Olympiques de Londres, encore sur le gazon du "Centre Court".

Et à l''US Open, où elle joue mercredi en quarts de finale contre la Serbe Ana Ivanovic, Serena est sur la voie royale avec 12 jeux perdus en quatre matches.

Pour autant, il n''est pas question pour la paire de s''engager à long terme. "Je n''aime pas les contrats", tranche Mouratoglou. "Entre un joueur et un coach, tant que ça fonctionne, on continue. Dès que ça ne fonctionne plus, on arrête. On a commencé par trois jours d''entraînement, puis dix jours, puis on a fait un tournoi, Wimbledon, puis un autre, les jeux Olympiques. Là on fait l''US Open. Après, on verra."


&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires