Tennis : Kevan Appasamy la persévérance personnifiée

Avec le soutien de

Il n’a pas encore 10 ans mais rêve, déjà, d’être parmi les grands du tennis ! Kevan Appasamy, tout sourire, a, gentiment, accepté de nous parler de lui, après sa brillante victoire en quarts de finale en U10, dimanche matin, à Tennis Nord, Mapou.

Kevan, de par son jeune âge peut-être et sa modestie, donne l’apparence d’un garçon fragile. Mais détrompez-vous ! Le jeune joueur de tennis, 2e au classement dans sa catégorie, derrière Sébastien Liu, s’entraîne dur chaque semaine du lundi au vendredi.

On imagine, rarement, la place que peut prendre le sport dans la vie d’un athlète. L’exemple de Kevan illustre bien que l’on ne peut accéder au haut niveau qu’au terme de durs sacrifices et en respectant une certaine discipline : «Je me réveille chaque jour à 5 heures du matin. Je préfère réviser jusqu’à 6 heures parce que c’est plus difficile de le faire le soir car je rentre fatigué de l’entraînement. A part lundi et vendredi, jours durant lesquels je m’entraîne pendant une heure et demie à Solitude avec un coach individuel, je vais les autres jours à Petit Camp où je suis, pendant 2 heures, les directives des trois entraîneurs de la fédération de tennis.»

Comme beaucoup d’autres jeunes, Kevan a regardé beaucoup de matchs à la télé, laquelle diffusait en direct les tournois de Roland- Garros ou de Wimbledon.Grand admirateur de Nadal et Novak Djokovic – «depuis qu’il est devenu le no 1» - il ne s’est pas fait prier pour demander à son père de l’emmener jouer au tennis. Celui-ci a d’abord initié son fils au badminton, qu’il a joué pendant 6 mois alors qu’il n’avait que 7 ans.

Mais depuis ses huit ans, Kevan s’entraîne régulièrement à Petit Camp. Au début de cette année, Kevan a participé au ‘tournoi des pirates’ à l’île de la Réunion, compétition réunissant des joueurs Français, Malgaches, Mahorais, Comoriens, Seychellois et bien sûr Réunionnais.

Le jeune habitant de Baiedu- Tombeau, élève de l’école Raoul Rivet à Port-Louis, s’est distingué à ce tournoi en se classant 1er pour l’île Maurice et 4e au classement général. Kevan ne voudrait pas s’arrêter en si bon chemin : il ambitionne de faire aussi bien que Jean Richard Randriamanantsoa, un de ses coachs, sur le plan local et de partie un jour des meilleurs mondiaux, sur le plan international.

En plus d’être un joueur d’avenir, Kevan a une grande qualité : celle de persévérer malgré la défaite. La veille, il avait en effet été battu par un jeune de son âge, Christopher Tivive Fok, en U12.

Toutefois, Kevan garde la tête haute : «quand je perds, je ne me décourage pas. J’arrive à me remotiver.

Je sais alors que je dois travailler davantage à l’entraînement.» Cette attitude, très louable, est à la base même du succès des grands champions.

Stéphane BENOÎT
(Source: Lepress)

&nbsp

&nbsp


&nbsp

Stphane BENOT

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires