Syrie : Les violences sèment le doute sur la mission de l''Onu

Avec le soutien de

Les violences en Syrie ont compliqué mardi les préparatifs de la mission des six premiers observateurs de l''''Onu, chargée de veiller au respect du cessez-le-feu négocié par Kofi Annan.

Ce premier groupe d''observateurs, arrivés à Damas dimanche, a pour mission de préparer l''arrivée de 250 observateurs supplémentaires. Ils&nbsp se sont, pour la première fois, aventurés mardi hors de Damas, se rendant à Deraa, dans le Sud. C’est le colonel marocain Ahmed Himmiche (au centre sur notre photo), qui dirige l''équipe des premiers observateurs de l''Onu.

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon estime pour sa part que les effectifs complets prévus pour la mission ne seraient "pas suffisants au regard de la situation actuelle et de la taille du pays". Les Nations unies demanderont à l''Union européenne de lui fournir des hélicoptères et des avions pour faciliter la mobilité de la mission, ce qu''il proposera officiellement ce mercredi au Conseil de sécurité. Néanmoins, il n''est pas certain que le président Bachar al Assad autorisera l''envoi d''un plus grand nombre de soldats de l''Onu et d''avions étrangers.

Courtes trêves observées

L''Observatoire syrien des droits de l''homme (OSDH), qui avait fait état de 23 morts lundi, rapporte qu''au moins trois personnes ont été tuées mardi et une dizaine d''autres blessées lors de bombardements de l''armée sur la ville de Basr al-Harir, dans la province de Deraa. Au nord, dans la province d''Idlib, des tirs de mortier et de mitrailleuses ont également fait quatre morts dans deux villages, toujours selon cette source.A Homs, les quartiers de Khalidiya et de Bayada ont été pris pour cible, après la reprise des attaques de l''artillerie samedi, deux jours après l''entrée en vigueur du cessez-le-feu.
Une vidéo amateur mise en ligne sur Internet ce week-end montre par ailleurs des militaires cantonnés dans la campagne tirant calmement en cercle, sur des cibles non visibles, à l''aide de mortiers de différents calibres.

"Nous soutenons totalement M. Annan et son plan en six points, mais malheureusement, les assassinats se poursuivent", a déclaré le Premier ministre du Qatar à l''issue d''une rencontre entre des ministres de la Ligue arabe et Kofi Annan, l''émissaire spécial de l’ONU."Nous craignons que le régime ne joue avec le temps. Nous en avons fait part à M. Annan", a ajouté cheikh Hamad bin Jabr al Thani.

Maintenir la pression

La France accueillera jeudi une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays du groupe des "Amis de la Syrie" pour adresser un message de « fermeté » au régime de Bachar al Assad. Mardi, Alain Juppé, le chef de la diplomatie française, a prôné un durcissement des sanctions contre Damas après le gel d''actifs financiers de dignitaires et d''exportation de pétrole. Le renforcement ont un impact sur les autorités syriennes et permet donc de maintenir la pression sur le régime, explique Alain Juppé.&nbsp

De son côté, Susan Rice, représentante des Etats-Unis à l''Onu, a jugé que "la sagesse et la viabilité de l''envoi de la mission à effectifs complets" seraient remises en question si la violence ne cesse pas.

(Source : Reuters).


&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires