Sylvio Michel: « Nous n’avons pas été invités à la table des négociations »

Avec le soutien de

Le leader des Verts-Fraternel est très déçu. Ni lui,&nbsp ni son parti n’a été tenu au courant des discussions en vue d’une alliance entre les partenaires de l’Alliance sociale et le Mouvement Socialiste Militant (MSM).

« Nous sommes dans l’obscurité. Nous n’avons pas été invités à la table des négociations de cette alliance avec le MSM. Dans le passé c’était différent.», c’est la déclaration faite par&nbsp Sylvio Michel quand il a été sollicité pour expliquer son absence à la conférence de presse des dirigeants de la nouvelle alliance Bleu-Blanc-Rouge, le mercredi 31 mars, à l’Hôtel Labourdonnais.&nbsp

Le dirigeant des Verts-Fraternels se dit déçu de cette attitude de la part de Navin Ramgoolam. Sylvio Michel ne cache pas son amertume « Pourtant nous sommes restés fidèles à l’Alliance Sociale pendant cinq ans. On a même refusé de réagir sur certains sujets par respect pour&nbsp l’Alliance Sociale » déclare-t-il.&nbsp

Sylvio Michel avoue qu’il se trouve dans une situation fort embarrassante, surtout quand les membres de son parti lui demande des explications.&nbsp « Je n’étais même pas en mesure de dire à mes partisans où en était les négociations d’alliance. »

Sylvio Michel n’est pas à ses premiers déboires en politique. Il avait commencé son action politique au sein de l’Organisation Fraternelle en 1968. Dans les années 70, il avait, avec son organisation,&nbsp rallié la mouvance du Mouvement Militant Mauricien (MMM). Sylvio Michel a été candidat aux élections de 1976 et de 1982 sous la bannière du MMM dans la circonscription No 4. (Port-Louis-Nord-Montagne Longue).

A la cassure au sein du MMM, en 1983, Michel se mit dans le camp d’Anerood Jugnauth et se joignit au MSM. Là encore, il se brouille avec les principaux dirigeants du gouvernement et démissionna de son poste de ministre.

En 1987, il se retrouva en alliance avec le MMM au sein de l’Union MMM-MTD-FTS. Quelques temps après nouvelles brouilles. Michel quitte l’Union. Les Verts-Fraternel ont connu une traversée du désert avant de refaire surface au sein de l’Alliance sociale en 2005. Toutefois, son parti n’a pas pu faire élire un seul candidat aux dernières élections.

Après la victoire de l’Alliance sociale quelques-uns de ses membres ont été nommés à des postes dans des institutions publiques. C’est ainsi que Jean-Claude Armance s’était retrouvé à la Mauritius Housing Corporation et&nbsp Alain Laridon à l’ambassade de Maurice au Mozambique. Mais les Verts-Fraternels n’ont jamais été perçus comme un véritable partenaire politique au sein de l’Alliance sociale. D’où, sans doute, sa mise à l’écart par le leader du PTr.

Sylvio Michel ne dit pas s’il va solliciter une rencontre avec le Premier ministre pour en savoir plus sur le rôle de son parti au sein de la nouvelle alliance Bleu-Blanc-Rouge. Les Verts-Fraternel se réunissent le samedi 3 avril pour décider de la marche à suivre.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires