Sur les conseils de ses avocats, Bérenger ne commente plus l’affaire MedPoint pour le moment

Avec le soutien de

Le leader de l’opposition prépare sa défense. Il a été accusé de propager des fausses nouvelles, par le Premier ministre, dans une déposition consignée le jeudi 14 juillet. Ses hommes de loi lui ont conseillé de taire ses commentaires sur l’achat par l’Etat de la clinique MedPoint appartenant au beau-frère du ministre des Finances.

Paul Bérenger rencontre ses conseillers légaux, le lundi 18 juillet. Ce sera une réunion pour dégager une ligne stratégique après la déposition consignée par le Premier ministre, a-t-il laissé entendre, lors d’un point de presse, tenu ce samedi 16 juillet, à l’hôtel Le Labourdonnais, à Port-Louis.

Entretemps, le chef de l’opposition suit le conseil de son Leading Counsel, Me Ivan Collendavelloo SC, qui lui a demandé « de ne pas commenter l’affaire Medpoint, avant la réunion de lundi. »

Toutefois, le leader du Mouvement militant mauricien (MMM) n’a pu s’empêcher de dire qu’il trouvait « lamentable et maladroite», la démarche du Premier ministre de consigner une déposition à la police contre lui. Il estime que cela porte atteinte à l’enquête sur l’affaire Medpoint.

Paul Bérenger critique également la façon de procéder de Navin Ramgoolam. «Il a convoqué la police à son bureau pour porter plainte contre moi. C’est lamentable! », poursuit-il.

Dans la même foulée, le leader du MMM souligne que, selon lui, Rajesh Jeetah, ancien ministre de la Santé devrait être convoqué avant l’actuelle titulaire, Maya Hanoomanjee par les enquêteurs de la Commission anti-corruption. «L’affaire Medpoint a commencé avec Rajesh Jeetah, donc logiquement, il devrait être appelé avant Maya Hanoomanjee », lâche-t-il.

Lors de son point de presse, Paul Bérenger a aussi évoqué la situation à la Mauritius Society of Authors. Il affirme qu’il avait prévu que ses questions parlementaires soient axées sur les récents événements au sein de la société des auteurs. Toutefois, il les a renvoyées à la semaine prochaine car le ministre des Arts et de la Culture ne serait pas au pays, cette semaine. Il déplore, par ailleurs, l’absence du président du conseil d’administration de la Mauritius Society of Authors (MASA) à la réunion entre les artistes et le ministre Choonee, le vendredi 15 juillet.

Et une fois de plus, le dirigeant du MMM a tenu à préciser « qu’aucune alliance n’est prévue entre son parti et le Parti Travailliste, ni aujourd’hui, ni demain, ni après-demain». En ce qui concerne, une éventuelle collaboration avec le Mouvement socialiste militant (MSM), Paul Bérenger souligne «que cela n’est pas d’actualité.»

Le leader de l’opposition a également tenu à commenter l’actualité à l’étranger. Il sympathise avec l’Inde, après les attentats terroristes du mercredi 13 juillet. Il tient également à féliciter la France pour sa démarche de soutenir l’Organisation des Nations Unies pour l''''alimentation et l''agriculture (FAO) afin de lutter contre la famine en Afrique. Il demande aussi au gouvernement mauricien d’apporter une contribution financière à cette cause.

A la fin de son point de presse, le leader de l’opposition a lancé un appel aux autorités pour qu’elles restent neutres par rapport à la situation de crise à Madagascar.

«Il y a un potentiel de partenariat économique énorme entre Maurice et Madagascar. Maurice ne devrait pas s’aligner aux côtés d’un quelconque politicien. Il faut rester neutre et garder le contact avec les deux camps », indique-t-il en faisant référence à Andry Rajoelina, président de la Haute Autorité de Transition et à Marc Ravalomanana, l’ancien président malgache, qui vit toujours en exil en Afrique du Sud.&nbsp

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires