Suicide chez les jeunes: la commission des femmes du MMM veut un comité ministériel

Avec le soutien de

La Commission des femmes du Mouvement Militant Mauricien (MMM) exprime ses inquiétudes devant le nombre croissant de suicides parmi les adolescents. Lysie Ribot et Françoise Labelle demandent la création d’un comité incluant des représentants de différents ministères pour se pencher sur la question.

Les deux principales animatrices de la Commission de femmes du MMM ont animé une conférence de presse, ce lundi 25 juin, à Port-Louis. Elles ont fait part de leurs réflexions sur le phénomène de suicide chez les jeunes. Les deux députées de l’opposition soutiennent que c’est le devoir de l’Etat de venir en aide aux jeunes et aux familles en proie à des difficultés émotionnelles.

La présidente de la commission mauve, Lysie Ribot, a annoncé qu’un document sera soumis au Premier ministre et aux différents ministères concernés, le mardi 26 juin 2012, afin d’expliquer les demandes formulées. Elle avance qu’une politique cohérente et un programme de prévention réfléchi sont devenus une urgence au vu du nombre croissant de suicides parmi les jeunes.

Lysie Ribot appelle également les médias à mettre en œuvre les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé en ce qu’il s’agit du traitement accordé aux cas de suicide. L’organisation onusienne préconise de la retenue dans la divulgation d’informations sur ces actes tragiques.

De son côté, la députée Françoise Labelle a mis l’emphase sur la nécessité d’un programme de prévention à différents niveaux avec un engagement plus efficace de l’Etat.

« L’Etat a le devoir de prendre des décisions politiques pour prévenir les suicides chez les jeunes. Les mesures de prévention efficaces sont tout à fait réalisables si la volonté politique est présente », affirme Françoise Labelle.

La Commission des femmes du MMM a également vivement critiqué la ministre de l’Egalité des genres, du Développement de l’enfant et du Bien-être de la famille, Mireille Martin pour sa réponse à une question parlementaire de l’opposition sur ce phénomène.

Lysie Ribot et Françoise Labelle soutiennent que cette dernière a fait preuve d’irresponsabilité en répondant avec désinvolture à leurs questions à l’Assemblée nationale.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires