Sucre : Le financement des institutions sera réduit de moitié, annonce Faugoo

Avec le soutien de

Le financement, à travers le Global Cess, de six Service Providers Institutions (SPI) de l’industrie sucrière passera de Rs 519 millions à Rs 287 millions d’ici à juin 2012. Le ministre Satish Faugoo affirme que la mise en œuvre est déjà en marche.

Paul Bérenger avait choisi, ce mardi 12 juillet, d’axer sa Private Notice Question sur la réforme de six institutions financées à partir du Global Cess. Une question adressée au ministre de l’Agro-industrie, Satish Faugoo.

Dans sa réponse, Satish Faugoo a donné des indications sur l’avancement de ce projet qui vise à réduire le fardeau qui pèse sur les revenus des producteurs de canne à sucre. La contribution au Global Cess est prélevée directement sur l’argent payable à tous les planteurs de ce secteur. Le ministre a expliqué que ce projet est un élément, parmi d’autres, initié en vue de transformer l’industrie en industrie cannière.

La révision du fonctionnement des SPI devrait permettre une réduction du montant de la contribution au Global Cess. Ce fonds sert à financer la Mauritius Sugar Authority, la Mauritius Sugar Terminal Corporation, le Mauritius Sugar Industry Research Institute, la Farmers Service Centre, le Cane Planters and Millers Arbitration and Control Board et la Sugar Planters Mechanical Pool Corporation. Elles offrent toutes des services spécifiques aux opérateurs de l’industrie sucrière et plus particulièrement aux cultivateurs de la canne à sucre.

« Avec la fin du protocole sucre et la réduction du prix du sucre de 36 %, ce prélèvement pèse très lourd dans le bilan financier des planteurs », a fait ressortir le ministre de tutelle.

D’autre part, le Satish Faugoo a annoncé que le comité conjoint secteur public-secteur privé engagé dans le processus de réflexion en vue d’établir une nouvelle structure de travail pour les SPI a déjà soumis son rapport en juin dernier. Ce comité conjoint était composé des représentants du gouvernement et de la Chambre d’agriculture.

Les recommandations du rapport ont été approuvées par le Conseil des ministres il y a deux semaines. Toutefois, le ministre a refusé de rendre public ce rapport dont il aurait pu déposer une copie à la bibliothèque de l’Assemblée nationale.

« Ce serait et prématuré et inapproprié de le faire puisque les principaux acteurs de l’industrie n’ont pas encore été mis au courant des recommandations du comité », a déclaré Satish Faugoo en réponse à une question supplémentaire de Paul Bérenger.

S’il existe un consensus quant au besoin de réduire d’une manière drastique la somme engloutie par les six institutions concernées chaque année, la réforme des SPI ne fera pas certainement pas que des heureux. Quelque 400 postes seront appelés à disparaître. Les autorités étudient en ce moment même les différentes options qui seront proposées aux concernés.
Certains se verront offrir la possibilité de partir à la retraite prématurément avec des mesures d’accompagnement exceptionnelles. D’autre pourront choisir un redéploiement sous certaines conditions.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires