Spectacle pour commémorer l’Abolition de l’esclavage : « Inacceptable ! » dit Xavier Duval

Avec le soutien de

Coup de gueule de Xavier-Luc Duval lors des activités marquant le 176e&nbsp anniversaire de l’abolition de l’esclavage, au Morne, ce mardi 1er février. Le&nbsp ministre de l’Intégration Sociale proteste contre le fait que le spectacle, présenté à l’occasion, associe, selon lui, les fléaux comme la drogue, l’alcool et la prostitution à la communauté créole.&nbsp&nbsp

Le ministre de l’Intégration Sociale, Xavier-Luc Duval, est furieux. Il se dit outré par certaines parties du spectacle présenté après le dépôt de gerbes au Monument du Morne, lors de la cérémonie marquant le 176e&nbsp anniversaire de l’abolition de l’esclavage, ce mardi 1er février.&nbsp

Le spectacle conçu par le Père Gérard Sullivan et chorégraphié par Stéphane Bongarçon, n’a pas été au goût du ministre. Ce dernier trouve inacceptable que des fléaux sociaux soient associés à la communauté créole. «Je trouve extrêmement regrettable, qu’alors que le gouvernement prend une série de mesures pour l’intégration de toutes les composantes de la société, que l’on vienne, lors d’une fête officielle, la célébration de l’abolition de l’esclavage, associer la drogue, l’alcool et la prostitution à la communauté créole. C’est inacceptable ! Il y a des toxicomanes, alcooliques et prostituées dans toutes les communautés et dans tous les pays du monde», déclare-t-il.

Le ministre de l’Intégration Sociale dit sa ferme intention de faire part de sa désapprobation à ses collègues, sans doute, lors du prochain conseil des ministres. «Je compte soulever toutes ces questions avec mes collègues», a-t-il annoncé. Xavier-Luc Duval soutient que les autres membres du gouvernement partagent son avis.

Mathieu Laclé, le président par intérim du Morne Heritage Trust Fund qui a été partie prenante de l’organisation des célébrations de ce 1er février, lui, ne trouve rien à redire du spectacle. « Les fléaux dont parle le ministre Duval sont des réalités, je ne suis pas moins créole que le ministre », dit-il.

Le président par intérim du Morne Heritage Trust Fund explique que la pièce mise en scène par le Père Gérard Sullivan et chorégraphié par Stéphan Bongarçon a été écrite par le Père Alain Romaine avec la collaboration du poète Dev Virahsawmy. «&nbsp On a parlé des fléaux qui affectent la société et non seulement des créoles » , ajoute Mathieu Laclé.

Pour sa part, le chorégraphe du spectacle Stéphan Bongarçon, médaillé d’or pour la partie culturelle aux derniers Jeux de la francophonie dit ne pas comprendre la réaction du ministre Duval. Il ne trouve rien de choquant dans le spectacle. «Ces fléaux existent. L’Abolition de l’esclavage ne concerne pas seulement les créoles, mais tout le monde. Cette chorégraphie veut montrer l’esclavage moderne. Je ne trouve rien de choquant », déclare l’artiste.

Le spectacle retrace dans un ordre chronologique, l’esclavage, le marronnage et des fléaux qualifiés d’esclavage moderne : soit la corruption, la prostitution, l’asservissement à&nbsp l’argent, à la drogue, et à l’alcool.&nbsp


Xavier Luc Duval n’a pas assisté à la réception donnée après le spectacle. Alors qu’il s’apprêtait à quitter les lieux, plusieurs membres du Grupman Kreol Larc en ciel, menés par Jean-Marie Richard, l’ont approché afin de lui faire part de leur désapprobation du spectacle. «Les descendants des esclaves ont leur contribution au développement du pays. Ce spectacle ne reflète pas cela.&nbsp Le créole ne représente pas la drogue, l‘alcool et la prostitution. Il faut arrêter d’associer ces fléaux à la communauté créole », a déclare Jean-Marie Richard indigné. Les du&nbsp Grupman Kreol Larc en ciel ont&nbsp pris rendez-vous avec Xavier-Luc Duval pour demain afin de discuter plus avant de la question.

Le Premier ministre qui avait, auparavant, pris la parole lors de la cérémonie, a annoncé le prochain tournage d’un film sur Toussaint Louverture, le premier leader noir, qui a lutté pour la libération des esclaves haïtiens. « Une équipe d’Hollywood effectuera des repérages et le tournage dans notre île. Des acteurs de réputation mondiale qui joueront dans ce film », a déclaré le, Premier ministre.

Navin Ramgoolam a rendu hommage aux esclaves et a salué le travail du Morne Heritage Trust Fund qui milite pour l’éducation. Il a aussi rappelé que les objectifs du gouvernement sont d’éradiquer la pauvreté, de favoriser l’émancipation des groupes vulnérables et de faciliter l’accès à l’éducation et aux soins de santé.

De son côté, Sir Anerood Jugnauth, le Président de la République, a rappelé qu’il était important « d’apprendre des erreurs du passé ».&nbsp Il a aussi salué les efforts du gouvernement pour démocratiser l’éducation et pour la lutte contre la pauvreté à travers la création du ministère de l’Intégration sociale.

D’autres personnalités dont le vice-Prime ministre, Rashid Beebeejaun, le ministre des Arts et de la Culture Mukeshwar Choonee et le leader de l’Opposition, Paul Bérenger assistaient à la cérémonie.

&nbsp

Mehlia Bessire / Batrice Hope

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires