Spéculations grandissantes autour de la date des élections générales

Avec le soutien de

A quelques mois de la dissolution de l’Assemblée Nationale, les spéculations vont bon train sur la date éventuelle des élections législatives. Plusieurs dates circulent déjà dans les milieux politiques.

D’abord, il ya eu cette information publiée sur un site de la diaspora mauricienne en Australie, lecourriercreole.com.au. Le site affirme que selon une personnalité bien en vu du PMSD et probable candidat au No. 4 (Port Louis Nord/Montagne Longue), les élections auront lieu en avril. Si tout porte à croire que cette «personnalité» serait Lindsay Morvan actuellement en vacances à Sydney, le principal concerné dément être à l’origine de cette information.

«Je ne crois pas que même mon leader Xavier-Luc Duval soit au courant de la date des élections. Mais c’est vrai qu’il y a beaucoup de spéculations en ce moment. Je ne dis pas que cette information est fausse, mais elle ne vient pas de moi», affirme Lindsay Morvan lors d’un entretien téléphonique.

Du côté des mauves, on n’hésite pas à avancer la date précise du 9 mai. «Le traditionnel meeting du 1er mai pourrait coïncider avec le dernier grand meeting de campagne», estime un dirigeant du MMM, alors que dans les milieux du MSM,&nbsp on parle de la dissolution du parlement ce mois-ci. Il faut croire que certains sont pressés de se jeter dans l’arène.

Les rouges, quant à eux, affichent la sérénité. Le secrétaire général du Parti travailliste, Deva Virasawmy, se dit prêt à toute éventualité et ne cache pas son amusement face à ces agiotages. «A Maurice, tout le monde sait tout sur tout. Effectivement, il y a pas mal de supputations en cours. Pour nous, cela n’a pas d’importance pour le moment. Nous nous attelons à travailler le terrain et à mettre en place nos structures. Quand le leader le décidera, nous serons prêts», affirme Deva Virasawmy.

Quoiqu’il en soit, c’est à Navin Ramgoolam que revient la prérogative de fixer la date des législatives. Ce dernier a, au cours de son message de fin d’année, précisé que les élections auront bien lieu en 2010. Le flou auquel nous a habitués le leader de l’Alliance Sociale sur les grandes décisions contribue largement à cette montée des spéculations. Il doit bien rire sous cape, le Premier ministre en voyant toutes ces agitations.

En tout cas, les paris sont ouverts. Et c’est bien le cas de le dire puisque chez les habitués des paris politiques, les spéculations sont déjà tarifées.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires