Sithanen se dit profondément blessé qu’un partenaire minoritaire du PTr demande sa tête

Avec le soutien de

Devant presque un millier de ses partisans, le ministre des Finances a fait part de ses états d’âmes devant le fait que le MSM ait demandé le poste de ministre des Finances. Il faut être fixé, « soi tifi, soi ti garson », a-t-il dit.


Mobilisation réussie des partisans de Rama Sithanen. Le ministre des Finances a réuni ses agents et sympathisants, ce dimanche 4 avril, au centre municipal du Pavillon à Quatre-Bornes.


Devant une salle comble, Rama Sithanen a, pendant plus d’une heure, fait part à ses mandants, de ses états d’âme. « Je me sens blessé quand je pense que certains veulent pousser le Premier&nbsp ministre à se débarrasser de moi&nbsp en dépit de ma contribution au succès du gouvernement ».


Le ministre des Finances tantôt amer, tantôt conciliant, mais toujours prudent à ne pas paraître dans une posture de confrontation au Premier ministre a fait état de sa part de vérité sur le tourbillon politique au centre duquel il se trouve.
Rama Sithanen a déclaré que Navin Ramgoolam ne lui a jamais demandé de quitter la circonscription No. 18 (Belle-Rose-Quatre-Bornes). « Je dois dire que le Premier ministre ne m’a jamais demandé d’aller au No. 13 (Rivière des Anguilles-Souillac) », a-t-il dit.


Toutefois, Sithanen confie que Navin Ramgoolam lui a dit qu’il verrait comment résoudre la question du ministère de Finances. Puis le grand argentier a souhaité que la situation soit éclaircie. Et il a eu cette phrase : « Soi tifi, soi ti garson, sé sa lavi » qui laisse transparaître toute son impatience à être fixé sur son sort.


Tout le long de son discours, l’audiitoire a senti les attaques en filigrane contre le Mouvement Socialiste Militant (MSM)&nbsp et son leader Pravind Jugnauth dont Rama Sithanen n’a mentionné le nom qu’en deux occasions.&nbsp « Pravind Jugnauth rappelle la contribution du MSM au développement économique du pays, mais il oublie de dire que Rama Sithanen a été ministre des Finances du MSM pendant quatre ans et demi ».


Le ministre des Finances s’est également dit perplexe « qu’un petit parti puisse venir dire à mon leader de mettre Sithanen à la porte ». D’autant affirme Rama Sithanen que le Parti Travailliste, même depuis l’époque de Sir Seewoosagur Ramgoolam a toujours gardé le ministère des Finances pour un membre du Labour.


Un peu plus loin dans son intervention Rama Sithanen, compare l’action gouvernementale à la construction d’un édifice. « Depuis quand renvoie-t-on l’architecte pour le remplacer par quelqu’un qui a passé son temps à le critiquer », s’est-il demandé.


Rama Sithanen a rappelé certaines de ses propositions qui ont été marquantes dans le domaine économique : La création du Sugar Investment Trust, la gratuité du transport pour les personnes âgées et pour les étudiants, l’Empowerment Foundation, le stimulus package entre autres.


Le grand argentier fait valoir ses états de services au sein du Parti Travailliste. J’ai été un très proche collaborateur du Dr Ramgoolam. La préparation politique économique qui nous a valu du succès a du succès a été préparé depuis notre défaite en l’an 2000. « Nous avons travaillé jour et nuit, les dimanches, le Premier ministre et moi », a dit Rama Sithanen.


Le ministre des Finances a terminé son allocution en exhortant ses partisans à ne rien faire qui puisse être interprété comme du chantage. Il dit attendre que la situation se décante avant de se prononcer sur son avenir.


A sa sortie du centre municipal, Rama Sithanen a été littéralement porté par des partisans enthousiastes. Ils étaient presque un millier à répondre à l’appel du ministre des Finances.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires