Sir Anerood Jugnauth: «Navin Ramgoolam est un faux démocrate et un mauvais perdant»

Avec le soutien de

Le leader du Remake 2000 clame, haut et fort, la victoire aux dernières élections municipales. Paul Bérenger laisse, lui, entendre que tout est encore possible à Curepipe et appel Eric Guimbeau à assumer ses responsabilités en faveur du changement réclamé.

Le leader de l’alliance Mouvement militant mauricien-Mouvement socialiste militant (MMM-MSM), Sir Anerood Jugnauth fustige le Premier ministre, Navin Ramgoolam, pour «ses mauvais calculs» des résultats obtenus par les deux blocs aux élections municipales. Lors de la conférence de presse du Remake 2000, ce samedi 15 décembre, animée conjointement avec le leader des Mauves, Paul Bérenger, il a accusé Navin Ramgoolam, d’être «un faux démocrate et un mauvais perdant».

« Navin Ramgoolam a le culot de dire qu’il a gagné les municipales! Je ne sais pas ou il a appris à compter. Il veut créer un effet psychologique pour faire croire à ce qui n’existe pas. Les chiffres parlent pour eux même et je laisse le soin à la population de juger si il y a eu correction ou pas », martèle l’ancien président de la République.

Pour ce dernier, il est clair «qu’un ressort s’est cassé au sein de la majorité gouvernementale». Il se réjouit que «la population a eu le courage de donner une correction à Navin Ramgoolam».

Il invite, désormais, l’alliance PTr-PMSD à «manz macaroni, danse macarena» en attendant les élections générales où «la vague» qui s’est serait soulevée, selon lui, lors des villageoises et qui «s’est renforcie» pour les municipales, «se transformera en tsunami».

Les deux leaders ont, ensuite, commenté la situation exceptionnelle à Curepipe et la proposition d’Eric Guimbeau, leader du Mouvement militant social démocrate (MMSD) de présenter son poulain, Mario Bienvenu, comme candidat au poste de maire.

Sir Anerood Jugnauth affirme qu’Eric Guimbeau lui avait promis de revenir vers lui après pour l’informer de la décision de l’instance dirigeante de son parti sur la proposition qui lui avait été faite.

« Mais c’est finalement à la radio que j’ai pris connaissance e de sa décision. Maintenant c’est lui que nous fait une proposition. Il n’a même pas eu la courtoisie de revenir vers moi. C’est un manque de respect. Il doit prendre la responsabilité de son avenir politique», explique le leader du Remake 2000.

Quant à la vitesse à laquelle Navin Ramgoolam a accepté la proposition d’Eric Guimbeau de, Sir Anerood Jugnauth estime que c’est un signe de faiblesse, «un crie de désespoir».

« Il se met à genoux devant le MMSD et cède tous ce qu’il y à ceder vis-à-vis d’Eric Guimbeau », renchérit-il.

Commentant le même sujet Paul Bérenger a lui rappelé que comme l’alliance MMM-MSM, le MMSD avait mené campagne pour le changement, à Curepipe.

«La proposition que nous lui avons faite est en faveur du changement. Si Eric Guimbeau accepte de faire élire son maire avec des votes-macaronis et en même temps fait élire un adjoint maire du PTr, alors chacun devra assumer ses responsabilités», soutient le leader du MMM.

Il précise que si n’y a aucune discussion sérieuse avec le MMSD avant la date de l’élection mairale à Curepipe, le Remake 2000 présentera son propre candidat au popste de maire. Il ajoute, toutefois, que tous est encore possible, en ce qu’il s’agit d’un éventuel accord avec le MMSD, à Curepipe.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires