Sanjeev Jundoosing : « Je ne suis pas capable de faire des miracles seul»

Avec le soutien de

L’entraîneur national de Volley-ball qualifie de ‘challenging’ sa mission pour les Jeux des îles 2011 à la tête de l’équipe masculine de Maurice.

C’est votre première nomination en tant qu’entraîneur national. Votre sentiment…

C’est le rêve de tout entraîneur ambitieux. Qui n’a pas pensé un jour entraîner l’équipe de son pays ? C’est un immense plaisir. Un nouveau challenge dans ma carrière.

Vous avez déjà été nommé assistant en 2007 mais vous aviez refusé. Pourquoi ?

J’avais à l’époque opté pour m’investir dans mes études. Je pensais judicieusement que prendre du temps pour étudier pouvait me permettre d’être meilleur. Avoir à choisir entre le poste d’assistant et mes études, c’était évident. Aujourd’hui, je peux dire que j’avais pris la bonne décision à l’époque.

Vous êtes certainement conscient de la mission qui vous attend ?

Oui, parfaitement. C’est d’ailleurs cette diffi culté qui me motive. On va aller pour gagner la médaille d’or. C’est la règle de base du sport. On y va pour gagner pas pour perdre, sinon on va faire autre chose. Il ne faut pas oublier qu’il y a un facteur de chance dans le sport.

Et comment comptez-vous procéder ?

&nbspIl est un peu prématuré de parler de ces choses-là. Je dois rencontrer avant tout la fédération et Darmen Gundowry, mon assistant. A la base du processus, je pense qu’il faudrait que tout le monde bosse ensemble. Seul, je ne serai pas capable de faire des miracles. Il faut avoir cette union et qu’on soit conscient de sa mission. A la lumière
de la réunion avec la fédération on verra ce qu’on sera capable de faire dans la mesure du possible.

Vous êtes, en sus d’un handicap par rapport au niveau du volley à Maurice, contraint par le temps pour mener à bien votre mission…

Oui. D’où mon appel à ce que tout le monde travaille dans la même direction. Je vois mal comment on peut réussir autrement. J’espère pouvoir faire profi ter des échanges avec des équipes étrangères et des stages d’entraînement tout au moins pour créer ce groupe compétitif. Déjà, il faut former une équipe pour poursuivre l’aventure. Ma méthode n’a rien de sorcier. Je suis un fervent de la discipline et du travail. Je vais mettre les choses très au clair dès la première séance d’entraînement. Et à partir de là on va bâtir un groupe avec un bon mélange de jeunes et d’anciens.

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires