SAJ et Bérenger critiquent le «gagging order» émis contre La Sentinelle et Le Mauricien

Avec le soutien de

L’Alliance MMM-MSM a exprimé, ce samedi 12 janvier, ses opinions sur le fond et la forme du «gagging order» émis contre les groupes de presse La Sentinelle et Le Mauricien, il y a une semaine exactement dans le cadre de l’affaire Nandanee Soornack.

Pour le leader du MMM, Paul Bérenger, cette injonction qui interdit à la presse de faire état de la vie privée de l’activiste travailliste Nandanee Soornack, arrive dans le sillage d’un jugement du Privy Council qui a été critique envers la justice mauricienne, notamment sur la question de parti pris.

«La vitesse à laquelle ce gagging order a été émis a interpellé tout le monde,» a observé le leader du MMM, qui a souhaité que l’affaire aille jusqu’au Privy council

Il a critiqué le fait que l’ordre temporaire de la Cour suprême soit maintenu jusqu’au 18 janvier prochain, parce que le juge doit voyager. « Si le Chef juge savait que le juge Bushan Domah devait quitter le pays, il aurait pu référer l’affaire à un autre juge», devait ajouter, de son côté, Sir Anerood Jugnauth.

Le leader de l’Alliance MMM-MSM a souhaité qu’il y ait une enquête sur les business de Nandanee Soornack pour savoir si l’activiste travailliste a été protégée et si elle s’est enrichie aux dépens des autres.

Sir Anerood Jugnauth a aussi commenté la relaxe de l’activiste du MSM Yogida Sawmydanen par la justice au détriment de Nandanee Soornack.&nbsp «Les charges provisoires sont devenues des outils politiques, » estime SAJ.

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires