SAJ : « le verdict dans l’affaire Harte démontre la faiblesse de la police »

Avec le soutien de

La Major Crimes Investigation Team a été sévèrement critiquée par le leader de l’alliance Mouvement Socialiste Militant-Mouvement Militant Mauricien (MSM-MMM). Sir Anerood Jugnauth (SAJ) s’est notamment attardé sur le procès des meurtriers présumés de l’Irlandaise Michaela Harte.

Ce samedi 14 juillet 2012, c’était au tour de l’ancien président de la République, Sir Anerood Jugnauth (SAJ) de formuler de sévères critiques à l’encontre la Major Crimes Investigation Team (MCIT), l’unité policière qui a enquêté sur le meurtre de l’Irlandaise Michaela Harte. Cette dernière avait été retrouvée morte dans sa chambre à l’hôtel Legends, Grand-Gaube, en janvier 2011.

Selon le leader de l’alliance MSM-MMM, le verdict dans le procès des meurtriers présumés de Michaela Harte témoigne de « la faiblesse de la police ». Il a condamné le mode opératoire de cette unité qui s’adonnerait selon lui à des pratiques peu louables.

« La MCIT a été créée par Navin Ramgoolam et ce service de la police a depuis toujours eu recours à des méthodes violentes. J’ai toujours condamné cette attitude », a-t-il souligné.

Sir Anerood Jugnauth a aussi réclamé la réouverture de l’enquête afin de mettre la main sur les vrais coupables.
Le leader de l’opposition, Paul Bérenger a, lui, déploré la réaction du Premier ministre ainsi que celle du Directeur des Poursuites Publiques (DPP), suite au verdict rendu dans le procès de Michaela Harte. « Le bureau du Premier ministre a émis un communiqué qui ne dit strictement rien, tandis que le DPP à travers ses commentaires est en train de prendre des décisions pour l’état », a-t-il déclaré.

Le leader du MMM commentait la déclaration faite par le DPP à la British Broadcasting Corporation (BBC), qui fait état de l’institution d’un Fact Finding Commission. « C’est une farce, la réaction de l’Etat dans toute cette affaire est choquante », a-t-il poursuivi.

Le rapport du directeur de l’audit a également été abordé par les deux dirigeants. « Tous les secteurs ont été épinglés dans ce rapport, mais ce que je trouve davantage choquant c’est la réaction du Premier ministre et de trois de ses ministres. C’est une situation sans précédent que de voir un gouvernement s’en prendre à un rapport du directeur de l’audit, qui occupe un poste constitutionnel », a souligné Paul Bérenger.

Sir Anerood Jugnauth et Paul Bérenger ont aussi réagi au souhait du chef du gouvernement d’être fait président de la République avec des pouvoirs accrus. Ils disent rejeter cette suggestion.

« C’est absurde. Nous considérons que le Premier ministre a déjà trop de pouvoirs, et plaidons pour un rééquilibrage. Le MMM est contre », a indiqué Paul Bérenger.

&nbsp

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires