Sècheresse: les gaspilleurs d’eau seront sanctionnés par la Central Water Authority

Avec le soutien de

L’utilisation de l’eau potable est, à partir de cette semaine, contrôlée par la CWA et la police. Ceux qui en gaspillent seront passibles de fortes amendes, et même d’emprisonnement dans certains cas. La loi en cas de sècheresse est appliquée. La dernière fois remonte à 1999.

La Central Water Authority (CWA) réactive dès cette semaine les règlements applicables en période de sècheresse, la CWA Act 1999.

Les personnes prises en flagrant délit de lavage de véhicules, de murs et de sols ou d’irrigation, avec de l’eau potable, seront passibles d’amende, pouvant aller jusqu’à Rs 200 000. Dans certains cas, des peines d’emprisonnement seront même infligées. De plus, selon Bishek Narain, le responsable de la communication de la CWA, les stations services ont été avisées que le lavage de véhicules est désormais interdit.

«En vue de la situation difficile à laquelle nous faisons face, la CWA informe les abonnés et le grand public que toute utilisation d’eau potable pour le lavage de voitures, de pavés, de murs, du sol ou pour l’arrosage de pelouses est interdite, selon la section 49 (a) de la loi qui entre en vigueur uniquement en période de sècheresse. Tout contrevenant pourra payer des amendes allant jusqu’à Rs 200 000. Dans certains cas, l’emprisonnement est prévu», déclare Bishek Narain, à ce sujet.

Il ajouter : «Je dois aussi souligner que le Road Trafic Commissionner a déjà envoyé des lettres aux stations d’essence pour les informer que le lavage de voitures est interdite

Le responsable de la communication de la CWA explique aussi que la police et la brigade anti-fraude de la CWA feront «des descentes» pour sévir contre «les actes d’irresponsabilité». La CWA utilisera aussi sa hotline pour avoir des indices sur les contrevenants.

Bains en baignoire ou jacuzzi ne sont pas proscrites, tant que l’eau utilisée n’est pas potable. «Mais il ne faut pas abuser même si elle n’est pas potable», avise Bishek Narain. L’interdiction de lavage ne concerne pas les véhicules sanitaires ou alimentaires, pour lesquels cela est obligatoire.

La CWA ne réagit-elle pas trop tard ? A cette question, le responsable de la communication de la CWA répond : «Dans uen première étape, nous avons fait appel au civisme de la population pour ne pas gaspiller l’eau – nous avons publié des communiqués dans les médias. Nous passons maintenant à la seconde étape, qui est la réglementation.»

Il tient également à préciser que la CWA s’est basée sur les prévisions de la météo pour décider de la marche à suivre. «Dans sa prévision initiale début décembre, la météo a annoncé qu’il y aurait de grosses pluies à la fin de décembre. Mais le 15 décembre, la météo a fait un revised outlook et là, nous avons pris connaissance des faits, c’est-à-dire, du taux de remplissage et du rendement des boreholes. Et nous avons conclu que la situation est dans le rouge», soutient-il.

La CWA lance donc un appel au public pour qu’il collabore avec les autorités afin de mieux gérer la situation.
Par ailleurs, les averses qui ont frappé certaines régions du pays, hier 3 janvier et avant-hier, 2 janvier 2011, sont dues au phénomène brise de mer, lequel produit des nuages. De 16h le 2 janvier à 16h, hier 3 janvier, 6,6 mm de pluie ont été enregistrées à Port-Louis, 2,8 mm à Mare-aux-Vacoas, 1,7 mm à Quatre-Bornes et 2,2 mm à Baie-du-Cap. Selon la station météorologique, ces grosses pluies qui tombent particulièrement dans la région ouest et le Plateau central, pourraient persister ce 4 janvier jusqu’au jeudi 6 janvier.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires