Rohit Beedassy: «C’est un combat communal au No. 8 entre Navin et Paul»

Avec le soutien de

Le candidat du Parti socialiste mauricien (PSM), se retire de la course à la partielle au No. 8. Rohit Beedassy, leader de ce parti, prévient que la campagne est en train de prendre une tournure communale.

Le PSM, explique Rohit Beedassy, ne peut participer à un scrutin qui a pris valeur de référendum entre Paul Bérenger et Navin Ramgoolam. «Les choses prennent une tournure communale dangereuse. Ce n’est plus un combat entre Pravind et Ashock mais entre Paul et Navin et, cela, sur une base communale. Pour notre part, nous préférons nous retirer sans donner aucune consigne de vote», affirme Rohit Beedassy.

Trois désistements, ceux de Nityanund Ragnuth, de Dhurmaraj Hurrynundon et de Vinod Goodoory, ont été enregistrés sur les 41 postulants qui s’étaient portés candidats à la partielle au No. 8.

Invité à commenter le désistement de Vinod Goodoory, deux fois élu député au No. 8 (1982 et 1983) et qui s’était porté candidat sous la bannière du PSM, Rohit Beedassy estime que le code de conduite de l’Electoral Supervisory Commission (ESC) doit avoir force de loi.

«Nous allons mettre l’ESC au courant de tout ce dont nous avons témoigné. Le Code de conduite n’aura aucune pertinence aussi longtemps qu’il n’aura pas force de loi. Actuellement, au No. 8, il est bafoué et nullement respecté», explique Rohit Beedassy.

Ce dernier soutient qu’avant le jour de dépôt des candidatures, la campagne était «civilisée». «Les adversaires se côtoyaient dans le respect des uns et des autres. Depuis, les choses ont changé. Il y a une utilisation outrancière des associations socioculturelles pour faire campagne», ajoute Rohit Beedassy.

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires